:: 
Le commencement
 :: Introduction :: Univers :: Connaître la trame Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Event 1 - Des animaux en liberté ?

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Admin
Compte fondateur
avatar
avatar

Citation : citation
Messages : 532
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 23 Mai - 20:54
L'event est ouvert à tous, il vous suffit de répondre à la suite de ce sujet pour y participer, afin de coopérer entre vos groupes sans que vos adversaires soient au courant de vos actions, il est conseillé d'utiliser vos QG respectifs pour communiquer entre vous. N'oubliez pas non plus que chacune de vos actions aura un réel impact sur la finalité de cet event. De même, pensez que vous gagnerez des points pour vos groupes.

Des animaux en liberté ?


Te souviens-tu de ce fameux cirque qui s'était installé récemment en ville ? Mais si c'était un peu après que le virus ait commencé à tuer de nombreuses personnes. Mais tu n'avais pas pu t'y rendre parce que les artistes ne semblaient pas donner signe de vie. Alors tu es resté chez toi, devant la télé, à suivre l'évolution des ravages du virus aux informations.

Mais maintenant que tu te retrouves dans un groupe avec des gens semblables à toi, tu as pensé à retourner devant ce fameux cirque, et quelle ne fût pas ta surprise lorsque tu constatas les cages et les enclos vides. Comme si quelqu'un avait aidé les animaux à s'enfuir. Puis tu te rappelas que ce cirque transportait avec lui des lions et des tigres pour ses spectacles ainsi que des éléphants. Tu fus assez rapide pour comprendre que cela n'annonçait rien de bien plaisant pour la suite. Des prédateurs affamés en pleine ville ? Des éléphants apeurés dans un endroit inconnu ? Tu savais que cela n'allait pas bien se finir.

Maintenant tu sais que toi et les autres vous êtes des proies faciles pour ces animaux. Il va donc falloir vous allier et faire tout votre possible pour empêcher de vous faire tuer par ces bêtes à l'instinct sauvage. Peut-être pourriez vous les capturer ou bien les tuer ? Et pourquoi ne pas les envoyer chez le territoire de vos ennemis ?
Tous les coups sont permis.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : citation
Liens : Retrouve l'histoire de mon personnage, ses connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Défie moi !.
Sinon, tu peux passer là pour mes demandes de RP.
Groupe : Solitaires
Messages : 84
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Juin - 9:49

「 Des animaux en liberté ? 」

Tristan & Des gens
Tristan avait remarqué la présence d'empreintes de pas qu'il n'avait jamais vu auparavant dans ce coin là. Après une rapide recherche sur ses bouquins préférés, il pu se rendre compte qu'il s'agissait en réalité d'empreintes de félins. Mais pas un simple chat, non, c'était plutôt des lions ou des tigres. Des félins carnivores qui peuvent faire de vous leur repas si elles n'ont rien à grignoter sous peu.

Tristan et quelques solitaires avaient décidé de faire office d'éclaireurs, ils partaient explorer les environs et avertissaient les autres groupes d'enfants pour éviter qu'ils ne tombent sur une bête féroce. L'adolescent se demandait ce qu'il ferait si jamais il tombait nez à nez avec une bestiole de ce fameux cirque. Est-ce qu'il tuera la bête ? Est-ce qu'il la mènera le plus loin possible des zones fréquentées par les enfants ? Ou est-ce qu'il ne fera rien tellement il sera terrorisé ?

Mais il préférait ne pas y penser, il verrait cela le moment venu, pour le moment il se contentait avec ses camarades solitaires, de donner un maximum d'informations aux enfants.
Ce Rp est ouvert à n'importe qui !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Sam 4 Juin - 12:25
Invité
Reiner se baladait dans la forêt, le soleil était caché par les arbres, cependant il faisait tellement chaud, soudainement pendant que Reiner marcha il fit sentir, une sorte de vide dans le sol. C'était une trace de pas, elle était très grande, cette empreinte ne correspondait pas à une trace de pas d'humain.

Non, c'était un animal assez grand, un rhinocéros ? Ou un éléphant ? L'amnésique se dirigea vers la ville, et les empreinte allaient vers la ville. Reiner courrait vers Doreodan, les bêtes devaient à tous prix être neutralisés, sinon il y aura beaucoup de morts, Red se posa la question : pourquoi il y a des grosses bêtes ici ? Bien que Reiner était amnésique, il n'arriva pas à trouver la réponse.

Il continua à courir et du coin de son œil il vit plusieurs personnes, c'était des solitaires eux aussi, Reiner changea de chemin, l'amnésique rejoignait les autres solitaires.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Lun 13 Juin - 15:59
Invité
Courir après les garçons, activité féminine.
Event VS Plectrude


Elle n'avait jamais eu le sens de l'orientation, Plectrude.

En temps normal, ça ne lui posait pas excessivement de souci puisqu'elle n'était que rarement seule. Néanmoins, lorsque le petit Hugo dans un élan de tristesse, d'incompréhension et de haine envers le monde tout entier s'était enfuit à tout vitesse, elle avait été la seule à lui courir après. A lui courir après, avec sa petite jupe à volants et ses jolies petites chaussures à boucles. Peu importait les conditions de vie de son présent, elle refusait encore de porter un pantalon. Elle avait toujours été en robe ou en jupe, que ce soit en jardinant ou en lisant, alors elle resterait en robe ou en jupe.

Même si elle finirait sans aucun doute en mauvais état.

Ca la fit rire un peu alors qu'elle continuait à vagabonder à la recherche du jeune garçon. Certes, elle souhaitait garder ses jolies tenues et pourtant elle avait ce côté absolument non superficiel, qui faisait que si ses vêtements finissaient plein de terre, elle ne ferait que hausser les épaules.

Après tout, elle était plus embêtée par le fait de ne plus savoir par où passer. Comment avait-il pu la distancer aussi rapidement, aussi facilement ? Il n'avait que treize ans. Que treize ans. La boule de panique appuya un peu plus sur sa poitrine, elle ne pouvait pas laisser un petit jeune homme de treize ans seul, elle ne pouvait pas et elle ne savait pas où il était parti. Elle ne savait pas non plus où elle était, elle ne saurait sûrement pas rentrer. Les larmes menaçaient de couler, sa gorge se serrait amèrement et sa respiration commençait à se faire pesante.

« HUGO ! Hugo ! Hugooo ! HUGO HUGO HUGO ! Hugoooo ! Mais... Hugo ! »

Ca avait un léger côté désespéré, fatigué et pourtant toujours particulièrement doux.  C'était sans aucun doute un peu idiot, il la fuyait, il n'allait pas revenir parce qu'elle gueulait comme un putois. C'était sûrement très idiot, elle risquerait d'attirer des personnes peu fréquentables.

Mais elle ne pouvait certainement pas ne rien faire.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : citation
Liens : Retrouve l'histoire de mon personnage, ses connaissances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Défie moi !
Groupe : Solitaires
Messages : 145
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 21 Juin - 16:05

   

   



 
White

"On dit que rien n'arrive par accident. Alors soit on se prend la réalité en pleine figure, soit elle s'impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l'ignorer."

Le jeune homme aux cheveux blancs marche depuis un bout de temps dans la forêt, profitant de l'air frais pour se changer les idées. La tête levée vers la cime des des arbres pour admirer la beauté du lieu, White manqua de rentrer dans un arbre. C'est au dernier moment qu'il baissa la tête et esquiva brusquement l'arbre. Avec un soupire de soulagement, White décide de continuer, mais le regard fixé vers l'endroit où il va. À ce propos, où va-t-il ? Il n'en a aucune idée, mais continue d'avancer. Il s'ennuyait trop à rester dans son coin. En plus, il est temps d'aller chercher à manger, et White s'est dit que peut-être y a-t-il un animal qu'il pourrait chasser dans la forêt. C'est pour ça que dans sa main gauche, se trouve un long couteau. White le lance en l'air et le rattrape, appréciant la décharge d’adrénaline qui montre qu'il a quand même eu peur de se faire mal. Quelques minutes plus tard, White décide de faire une pause bien méritée. Il s'assied, voire se laisse tomber au pied d'un arbre, et s'adosse au tronc. C'est à ce moment là que le jeune homme remarque les traces sur le tronc en face de lui. Des traces de griffures, énormes. White sait déjà que ça n'annonce rien de bon. Il se relève avec un soupire, et s'approche de l'arbre avec précaution. Passant une main dans ses cheveux blancs, White réfléchis quelques secondes, puis passe sa main sur les griffures.

- C'est quoi ça ... ?
Il est sûr d'un chose : ce sont des traces laissées par un très gros animal. Aucun doute là dessus. White se masse les tempes, en se disant que c'est plutôt bizarre, étant donné que normalement, les animaux de cette forêt sont normalement des souris, ou des écureuils. Et là, ça ressemble plutôt à tigre, lion, léopard, un animal de cette taille là. White pince les lèvre. Y aurait-il quelqu'un ayant laissé de tels animaux en liberté ? Non, dans ces souvenirs, personne n'a libéré de prédateurs durant l'épidémie. Mais il y a bien quelque chose, les griffures ne sont pas arrivées ici sans raison, comme par magie. Alors là, ça fait tilt dans la tête de White. Il est possible que ces animaux viennent du cirque dont tout le monde parlait dans son pensionnat. Ça ne serait pas trop surprenant. Mais alors, qui a ouvert les cages ? Et pourquoi ? En tout cas, se sentant un peu trop exposé à tout animal menaçant, White tourne sur lui-même, avant de se mettre en route vers le cirque, pour vérifier. On ne sait jamais, peut-être y a-t-il des indices là bas, ou un autre solitaire ayant eu la même idée que lui... Se souvenant de l'endroit où se trouvait le cirque avant l'épidémie, White marche sans trop réfléchir, laissant son cerveau diriger ses pieds. Les phalanges de sa main deviennent blanches à force de serrer le couteau, et le font souffrir. Desserrant un peu sa prise, White jette un coup d'oeil derrière lui, pas trop rassuré. Espérons, qu'aucun tigre, lions ou autre n'est eu pour idée soudaine de le poursuivre, lui. Qu'ils poursuivent les autre, White s'en fiche, il n'a pas d'ami à qui il tienne vraiment. Et puis si les bêtes pouvaient tuer les idiots qui restent dans la ville, voire sur toute la planète, White en serait presque heureux. Moins de bouche à nourrir, plus de nourriture pour lui. Et moins de gamins qui se prennent pour les rois et qui emmerde le monde à tuer des innocents sans défense.
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : Laisse-moi crever dans cet enfer une bonne fois pour toute.
Liens : Retrouve mon l'histoire, mes connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Oseras-tu ? (8
Groupe : Solitaires
Messages : 102
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 1 Juil - 22:51


"Connor"
&
"White"
© Never-Utopia


    Connor ouvrit un peu plus sa veste en jetant un coup d'oeil au soleil qui brûlait au dessus de lui. Nous devions être proche de l'après-midi, donc il tapait fort au dessus de sa tête. Hé oui, pas de clime, ni de ventilateur comme l'électricité n'était pas monnaie courante ici, c'était bien dommage. Aïko haletait à côté de lui, tout en gardant un regard attentif à ce qui se passait autour d'eux. Pour le moment tout était calme, les deux complices longeaient le mur d'un immeuble en étant le plus discret possible. Connor ne faisait pas parti du "gang" qui tenait les rênes de la ville, mais il avait réussi à leur montrer qu'il n'était pas une menace directe (quoi que, puisqu'il pillait lui aussi les derniers magasins et maisons pour se nourrir il pouvait être pris comme une menace, mais c'était plus montrer qu'il n'allait pas les tuer pour avoir leurs provisions). En somme : si personne ne venait l'embêter, il ferait sa petite vie dans son coin sans gêner qui que ce soit. Mais malgré toutes les bonnes paroles de ces gosses, Connor n'était pas un sombre idiot, et il préférait prévenir que guérir donc autant rester discret et ne pas se faire voir, il n'était pas à l'abri d'un autre danger extérieur. Le jeune homme et son chien se trouvaient maintenant à l'ombre d'une ruelle, aucun obstacle ne venait entraver la vue : le début de la forêt. Ils s'y aventuraient souvent pour avoir accès au lac et se laver, parce que bon, tenir trois semaines avec de la boue sur soi ou une vieille odeur de poubelle, ce n'est pas forcément des plus agréables. Surtout avec un chien. De toute façon, la plupart du temps les forestiers le prenaient pour un solitaire de passage, et si problème se posait, il se faisait passer pour l'un d'eux. Ce n'est que de longues minutes après, alors que la forêt se situait désormais derrière eux, qu'Aïko se mit à grogner pour une raison indéterminée. Connor fronça les sourcils et se retourna brusquement en dégainant son canif et sa lance, il se savait en danger : Aïko n'aboierait pas sinon.  Pourtant, il n'y avait aucun bruit de pas, cris d'enfant... Le jeune homme continua de scruter les alentours avec méfiance et angoisse, et le chien, lui, ne se calmait pas, au contraire il aboyait encore et toujours plus, au point que Connor le crut fou ou possédé. Il s'apprêtait à essayer de le calmer, lorsqu'un grognement sourd lui fit écarquiller les yeux, comme un hibou. Il attrapa brusquement le chien par la peau pour le forcer à reculer : en face d'eux se dressait un tigre, maigre, sale, il avait l'air affamé. Finir en pâté pour tigre n'était pas dans les plans de Connor, non vraiment pas, il était mort de trouille et si ça ne tenait qu'à lui il se barrerait en courant dans la seconde qui suit. Mais il savait pertinemment que faire un mouvement brusque reviendrait à précipiter sa mort, leur mort. C'est pourquoi il déglutit avec difficulté et raffermit sa prise sur Aïko, qui s'était tu en sentant la main de son maître sur lui. Trouver une solution, vite vite vite ! Il aurait largement préféré se retrouver face à des gamins plutôt qu'un tigre qui ne demandait qu'à les bouffer. D'ailleurs il tournait autour d'eux d'un air menaçant, se pourléchant les babines. De là où il était, il pût voir les crocs jaunies de la bête, il en frissonna en les imaginant rentrer dans sa chaire. Connor libéra Aïko, en lui cinglant de ne pas bouger. Ordre que le chien ne respecta pas tout à fait puisqu'il détala en aboyant comme un dératé vers le félin, il lui sauta dessus et planta du même coup ses dents dans le poil roux striée de la noir de la bête féroce.

    - AÏKO ECARTE-TOI BORDEL !

    Mais le combat était engagé. Le tigre rua brusquement et le chien lâcha sa prise pour aller s'écraser dans un bruit mat au sol. Menaçant, l'animal s'approcha en rugissant, on pouvait voir une trace de sang qui commençait à couler du haut de sa nuque. Avant que le tigre ne puisse approcher trop près de Aïko, Connor courut pour enfoncer profondément sa lance dans la cuisse de l'animal qui mugit sourdement. Il se retourna en rugissant et tenta de le faucher d'un violent coup de patte que le jeune homme esquiva de justesse en reculant. Avec ce geste, il avait ouvert une profonde plaie dans la peau de l'animal, qui n'y prêta même pas attention, les yeux flamboyants de rage. Son attention était détournée, c'était déjà ça. Connor lança un regard à Aïko qui voulait dire « tu me refais ça, je te jure que ça ira mal » mais en attendant il reculait toujours un peu plus, sa lance face à lui comme maigre tentative pour se protéger. Il tenta une feinte en faisant mine d'aller d'un côté, mais partit finalement vers la droite, malheureusement pour lui, le tigre fut plus rapide et le stoppa dans son élan pour le clouer au sol avec force. Connor sentit immédiatement les profondes griffes se plonger dans son torse, et ses crocs effleurèrent son cou. Avant qu'elles ne le pénétrèrent, il lui bloqua la gueule en mettant le manche de sa lance dans la bouche, l'empêchant ainsi de le mordre, et d'approcher de trop près de lui. Ses bras tremblaient sous l'effort effectué pour conserver une distance raisonnable entre son visage et la bête affamée qui se tenait au dessus de lui. Il replia ses jambes et lui donna de violents coups de pieds pour faire dégager l'énorme touffe de poils, en vain. Aïko lui aboyait toujours dessus, sûrement pour attirer son attention, mais çe ne faisait que le faire grogner encore plus, le rendre plus furieux, ses coups devenaient plus insistants, ses crocs se rapprochaient. Connor allait avoir besoin de soit une idée miraculeuse, soit un vrai miracle, dans un temps très court, genre... Là, maintenant, tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : citation
Liens : Retrouve l'histoire de mon personnage, ses connaissances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Défie moi !
Groupe : Solitaires
Messages : 145
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 2 Juil - 19:23
White, toujours attentifs au moindre bruit, pris la décision de sortir de la forêt. Il n'a pas trop envie de monter à un arbre, et d'après être pris au piège, ne pouvant redescendre à cause des bêtes sauvages et affamées de surplus qui tourneraient en rond en dessous de lui. Jetant des regards tout autour de lui, le garçon tente de calmer sa respiration, qui l'empêche d'entendre les plus petits bruits. White, qui commençait sérieusement à stresser, arrive enfin à la lisière de la forêt. Avec un petit soupire de soulagement, le jeune homme pose enfin un pieds sur du sol dur. White observe les alentours, pour vérifier qu'il est seul. Pas d'éléphant, tigre, singe, lama, ou tout autre animaux qui pourrait signaler la présence environnante d'autres animaux dangereux du cirque. Une fois certain qu'il n'y a rien de tout ça autour, White se met en route, vers le supposé endroit où le cirque devrait se trouver (d'après ses souvenirs). Mais à peine son pieds touche le sol, qu'un aboiement se fait entendre. White sursaute, et manque de tomber à la renverse, mais il se rattrape. Par réflexe, le jeune homme s’accroupit. Il se rend compte que rien ne le protège et se relève. Son cœur battant à cent à l'heure, White met du temps avant de comprendre que les aboiements continuent, mais qu'aucun chien n'est en train de courir vers lui. Il ferme les yeux et presse ses mains sur ses tempes en soupirant. Bon maintenant, que faire ? Aller voir pourquoi le chien aboie comme ça, ou bien au contraire partir loin, très loin des aboiements ? Grand question, parce que peut-être que le chien est en train de se faire attaquer par un animal du cirque, ou alors il aboie juste contre un écureuil, une souris ou un chat. Dans ces deux cas, White n'a aucune envie d'y aller. Perte de temps, en plus ce n'est pas vers le cirque, c'est plutôt à l'opposé. En parlant de ça d'ailleurs, le jeune homme a du mal à comprendre d'où viennent les aboiements, étant donné qu'ils semblent venir de partout, à cause des immeubles qui renvoient les sons. Et puis si ça se trouve, c'est juste un chien mal en point qui tente de se défendre contre des enfants qui l'emmerdent. Mais dans ce cas, White qui adore les animaux, défendrait le chien. Bon. Le jeune homme ce dit que de toute façon, il ne perd rien à aller voir, sans trop s'approcher au cas où c'est dangereux pour lui. White plisse les yeux, c'est décidé, il va voir. Il se met à trottiner, en réfléchissant très vite pour essayer de comprendre d'où viennent les aboiements. Arrivé à un croisement entre immeubles, White hésite : droite, gauche, ou continuer tout droit ? Les aboiements semblent venir de partout à la fois. White avance encore, jusqu'à arriver au centre. Fronçant l'arête de son nez, White s'arrête et passe une main dans ses cheveux. Il regarde à droite, sans rien apercevoir. Puis il se tourne à gauche et semble distinguer du mouvement. Les yeux plissés, le jeune solitaire avance d'un pas, et voit bien une forme orangée. Depuis quand les chiens sont orange ? Sans trop se précipiter, le solitaire se met en route vers la forme orange, qui se précise de pas en pas. Et cette "chose" est d'ailleurs plutôt énorme, d'après ce que peut voir White. Ce dernier avance, en se faufilant entre les quelques voitures abandonnées. Sans oser regarder à travers les vitres, le jeune homme aux cheveux blancs continue d'avancer, la grande lame dans sa main droite, et s'approche avec appréhension ce qui apparait être en fait un tigre. Un tigre, merde alors. Si c'est le chien qui se faisait attaquer, il aurait arrêté d'aboyer depuis longtemps non ? Ou alors ils sont plusieurs ? Continuant d'avancer, le cœur de White fait un bond dans sa poitrine lorsque le tigre effectue un bond pour atterrir lourdement sur quelque chose. Qui n'est pas un chien. White accélère l'allure, et débarque à cinq mètres du tigre, d'un chien, et d'un adolescent écrasé par le tigre en question. White prend une grande inspiration et se redresse de derrière la voiture derrière laquelle il s'était caché, pour essayer de mieux apercevoir le garçon (oui parce que c'est un garçon) allongé sous le tigre. Sans résultat concluant, White prend rapidement un décision. Il se doit d'aider le jeune homme, qui tente désespérément de dégager la prise du tigre. Alors il contourne la voiture, plisse le front, regarde le chien qui aboie venir jusqu'à lui. Prenant peur, White recule légèrement, mais le chien avance toujours vers lui. Le dos de White rencontre la carrosserie de la voiture, et White ferme les yeux. Quel ironie, il a peur du chien, mais pas de l'énorme tigre, juste parce que le tigre est occupé à vouloir dévorer l'autre humain. Soudain, l'inconnu au sol hurle quelque chose de pas tellement compréhensible, qui fait sursauter White mais fait relever les oreilles du chien. White remercie silencieusement la quelconque entité qui a entendue ses prières. Le chien recule en le regardant toujours d'un drôle d'air, sûrement celui qui veut dire "t'as d'la chance, je t'aurais bien mordu voir quel goût tu as". Et c'est à ce moment là que le tigre décide de tourner la tête vers White. Ce dernier frissonne de peur, et se recroqueville sur lui-même. Là, le garçon au sol se dandine un peu, et réussi à mettre un grand coup avec le bâton de sa lance dans la tête du tigre. Ce dernier saute en arrière en secouant la tête, légèrement étourdit. Ça laisse à l'inconnu le temps de se relever en gémissant de douleur, et de venir près de White. Le garçon aux cheveux ne réfléchis pas et s'écrit :

- On fait quoi là ?

Parce que en même temps, là, il n'y a que deux solutions : partir en courant en priant que le tigre n'arrive pas à les rattraper, ou alors affronter la bête. Et les deux solution semblent relativement dangereuses.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : Laisse-moi crever dans cet enfer une bonne fois pour toute.
Liens : Retrouve mon l'histoire, mes connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Oseras-tu ? (8
Groupe : Solitaires
Messages : 102
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 3 Juil - 13:41


"Connor"
&
"White"
© Never-Utopia


    Y'avait quelque chose. Connor ne savait pas quoi, mais derrière le tigre, il était certain d'avoir aperçu un truc. Ce qui expliquerait peut-être pourquoi Aïko n'était plus à côté de lui, mais plutôt derrière le gros félin qui l'écrasait. Mais en tout cas il ne s'était pas tu, et il allait lui donner mal au crâne à force. Franchement, il aurait adoré être télépathe rien que pour pouvoir hurler dans sa petite tête de chien de se taire. Quoi qu'il en soit, Connor maintenait une distance entre sa tête et celle de la fauve, ce qui n'empêchait pas la bave de lui couler dessus. De un : ça puait, et de deux : ça lui donnait envie de vomir. Il cherchait à glisser, à s'échapper en le poussant, mais le tigre luttait lui aussi pour conserver sa place. Dans ses brusques mouvement pour se dégager, il vit enfin la cause des aboiements incessants d'Aïko. Un inconnu se tenait collé contre la voiture, et le chien refusait de le laisser avancer, le prenant sûrement pour une menace. Il était encore trop tôt pour dire s'il en était une ou pas, pour le moment il ne faisait pas grand chose pour aider, mais bon, il ne les aggravait pas non plus, c'était déjà ça. Quoi que, franchement, il pouvait pas... je sais pas tuer ce tigre, ou alors au moins dire quelque chose, ordoner au chien de se taire, s'avancer pour montrer sa présence ! Si Connor n'avait pas gesticulé dans tous les sens pour se libérer, il ne l'aurait jamais vu. Mais bordel, il allait claquer ce chien, s'il ouvrait encore une fois sa gueule pour aboyer et...

    -  AÏKO FERME-LA ET LAISSE-LE !

    Les cris du jeune homme eurent l'effet escomptés : le chien rabattit ses oreilles en arrière, et paraissait presque intimidé. Mais heureusement il cessa enfin et laissa juste un léger couinement, avant de reculer pour laisser la liberté à l'inconnu le loisir de s'enfuir ou de rester. En ces temps, il n'attendait plus grand chose des autres, les enfants avaient tendance à plus écouter leur peur que leur courage, ce qui l'amènerait à le laisser de débrouiller seul. Connor profita du seul instant qu'il eut : le tigre tourna la tête pour voir l'inconnu. A croire que son existence n'était pas aussi inutile que ça. Donc, durant ce seul moment d'inattention, le jeune homme donna un violent coup avec le bout non pointu de sa lance dans la tête de la fauve qui recula en secouant la tête et crachant comme un chat le ferait. Le jeune homme en profita pour se lever en gémissant, à cause des griffures, et lui échappa de peu en détalant brusquement sur le côté, faillit se rétaler lorsque son pied glissa mais rétablit son équilibre. Aïko était resté à côté de l'inconnu à la tignasse blanche et aux yeux rose, il se mit à aboyer de nouveau lorsque le tigre avança en courant vers eux. L'inconnu eu le malheur de de poser la mauvaise question au mauvais moment.

    - Déjà tu dégages de là avant de finir dans sa gamelle !

    La fauve sauta pour les atteindre, Connor et Aïko s'étaient déjà écartés en courant, dans un mouvement simultané prouvant une complicité rodée par le danger, sans vraiment prendre garde au troisième membre de l'équipe. Et manque de bol, c'est lui qui devint la proie dans cette chasse à l'homme. Connor ne s'en rendit compte qu'en le voyant se diriger vers les immeubles de la ville. Dans un sens c'était intelligent, mais s'il ne connaissait pas les lieux, alors cela devenait plus problématique. Et maintenant notre jeune homme se sentait impliqué puisque, en toute logique, il était venu, il avait été attiré par un je-ne-sais-quoi qui l'avait mené à lui. Alors... Il devait bien faire quelque chose pour l'aider.

    - Tu restes en dehors de ça, va dans l'immeuble, là, et cache-toi. dit-il à Aïko sans quitter l'immeuble des yeux mais en montrant du bout du doigt le bâtiment d'en face.

    Le chien lui lança un regard dubitatif, grogna mais partit enfin de son côté. Connor ne voulait pas qu'il finisse dans la bouche du tigre, il tenait trop à ce clebs pour l'imaginer mort, il était le dernier compagnon en qui il pouvait avoir entièrement confiance. Certes c'était un chien, ses capacités étaient réduites par rapport à un humain, mais il lui faisait plus confiance à lui qu'à n'importe quel autre gosse de cette ville. Donc, bref, le sujet du moment était sauver l'inconnu. Il n'avait aucune idée de comment approcher le tigre pour le tuer, et dans le cas où ils réussissaient à l'achever, ça n'allait pas être beau. Connor entra et se précipita vers la cage d'escalier. Il y entendait les bruits sourds et rauques du tigre. Il monta les marches quatre à quatre mais ralentit soudainement le rythme en arrivant au même endroit qu'eux. Le petit bonhomme aux cheveux blancs se tenait acculé contre un mur de la pièce et le tigre avançait dangereusement vers lui. Hé voilà, quand on ne connait pas la ville on évite de s'engouffrer dans un immeuble avec une bête sauvage à ses trousses. Connor resta là, un moment, en réfléchissant à toute vitesse, mais voyant que ce n'était pas assez rapide pour la situation il se positionna de façon à être sur le côté du tigre qui rugit en l'apercevant et tenta de lui donner un coup de patte. Sans attendre une autre réaction d'un des deux autres êtres vivants qui comblaient cette pièce il enfonça sa lance dans le corps de la fauve. Il n'atteint pas le cœur ni même les poumons, beaucoup trop loin pour ça, mais au moins il était assez déstabilisé pour leur permettre de donner le dernier coup. Le tigre tomba à la renverse, et le temps qu'il ressorte sa lance, le tigre se serait peut-être relevé, l'autre gamin devait le faire.

      - Coupe-lui la gorge !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : citation
Liens : Retrouve l'histoire de mon personnage, ses connaissances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Défie moi !
Groupe : Solitaires
Messages : 145
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 3 Juil - 19:30
Au moment où le solitaire pose la question, il sent que ce n'est pas la meilleure des idées. L'autre lui répond, et il ne l'écoute même pas : son instinct lui dit de courir. Avec un grognement sourd, le tigre saute en avant à leur rencontre. Et bah, leur repos n'aura été que de courte durée. Apeuré, le solitaire se met à courir, et manque de se prendre la voiture contre laquelle son dos était appuyé. Oubliant le chien furieux et l'inconnu, il court le plus vite qu'il peut, en essayant de ne pas se casser la gueule et de ne pas se faire bouffer par le tigre affamé. Heureusement pour lui, le tigre lui s'était pris trop tard pour tourner et éviter la voiture, et avait du sauter dessus, et étant donné sa vitesse, il avait du planter ses griffes sur le toit de la voiture. Bref, tout cela l'avait ralentit. Le jeune solitaire n'a pas le temps de réfléchir à l'endroit où il doit aller, et décide de rentrer dans un immeuble. Malheureusement, celui devant lequel il est en train de passer est fermé, et White ne veut pas aller vérifier si c'est fermé à clef ou pas. Mieux vaut ne pas perdre de temps bêtement. Alors il continue de courir, en essayant de réguler sa respiration pour ne pas être fatiguée trop rapidement. Trente secondes plus tard, le solitaire aux cheveux blancs passe devant un deuxième immeuble, avec la porte d'entrée... Bah en fait, sans porte d'entrée. Sans plus attendre, White tourne à droite et débarque à l’intérieur. Directement, il monte les marches trois par trois. Il monte ainsi un étage entier mais monte encore : toutes les portes étaient fermées au premier, et encore une fois, pas le temps de vérifier.

Faute de vouloir aller trop vite, à la toute dernière marche qui mène au deuxième étage, il ne lève pas le pied assez haut, et tombe en avant. Au dernier moment il lâche son long couteau, ce qui lui sauve sûrement la vie : il aurait pu se couper la main ou encore se transpercer le ventre. Bref, toujours est-il qu'il se ramasse, et glisse jusqu'au mur. Immédiatement, son réflexe est de se retourner et de s'adosser au mur, le plus loin possible du tigre qui s'est arrêté et le regarde en montrant ses crocs. La respiration sifflante à cause de sa chute qui lui a peut-être fêlée une ou deux côtes, White se recroqueville sur lui même, oubliant de reprendre son couteau. Le solitaire tente de reprendre sa respiration en respirant par la bouche, et manque de s'étouffer en aspirant du sang. Et merde putain... Le jeune homme porte rapidement une main à son nez et ne peut que soupirer intérieurement : il saigne du nez. Ignorant toutes les douleurs de son corps, White tente de comprendre pourquoi le tigre ne lui a toujours pas sauté dessus, et sursaute quand une voix, celle de l'inconnu lui crie dessus. Et bien, ça semble être devenu une habitude. Mais White obéit très vite, se penche à gauche, attrape son couteau, se lève le plus vite qu'il peut, et plante son couteau dans la gorge du tigre le plus vite qu'il le peut dans son état. Sans préambule, il ressort la lame et recommence deux fois. À bout de souffle, le couteau toujours dans le cou du tigre maintenant mort, White se laisse tomber au sol. Il se frotte les yeux avec ses mains sanglantes, et se rend compte trop tard que maintenant il doit ressembler à un panda roux. Enfin rouge quoi. S'adossant au mur, le solitaire presse une main sous son nez, pour tenter s'arrêter de flot de sang qui a déjà tâché tous ses vêtements. Surtout, ne pas pencher la tête en arrière, sinon le sang va couler jusque dans sa gorge. Sans un regard pour le tigre et l'inconnu, White penche sa tête en avant, et laisse le sang couler dans sa main. L'odeur du tigre est répugnante, mais White tente de l'ignorer du mieux qu'il peut.

À peine deux minutes silencieuse plus tard, l'inconnu bouge enfin. White l'avait totalement oublié lui. Alors qu'il lui a sauvé la vie. M'enfin, White lui a sauvé la sienne quelques minutes auparavant. Ils sont donc quitte non ? Bref, l'inconnue bouge et se rapproche de White. Ce dernier lève la tête, toujours affalé au sol, et se dit qu'il doit avec une drôle de tête. White passe une main dans ses cheveux, les colorant au passage en rouge foncé. L'autre lui tend une main, que White saisit sans hésiter. L'inconnu le releva sans attendre, et l'entraîna dans les escaliers. Si l'inconnu courait presque, White prenait son temps : il préférait ne pas casser son nez complétement, si possible.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : Laisse-moi crever dans cet enfer une bonne fois pour toute.
Liens : Retrouve mon l'histoire, mes connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Oseras-tu ? (8
Groupe : Solitaires
Messages : 102
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 3 Juil - 22:51


"Connor"
&
"White"
© Never-Utopia




    Le garçon exécuta ses ordres, et sa lame rencontra la chaire de la fauve qui gémit et laissa enfin la mort l'emporter. Au moins elle ne tuera plus d'autres gamins dans la ville. Connor avait retiré sa lance et se tenait à genoux à côté du tigre, le regard sombre. Il tourna la tête vers l'inconnu aux cheveux blancs dont il ne connaissait pas le nom, se dit rapidement qu'après tout il avait encore bien le temps de lui demander après et... Au lieu de l'obliger à se relever tout de suite, il lui laissa le temps de reprendre un peu, parce qu'il avait l'air un peu (beaucoup) en mauvais état quand même. Il ne l'avait pas laissé tout seul longtemps, comment il avait fait pour s'éclater la figure comme ça ? Ce n'était même pas des traces de griffures, non, plutôt un bon gros coup. Le gamin penchait sa tête en avant pour faire couler le sang, Connor décida de lui laisser quelques minutes pour reprendre. Minutes dont ils auraient bien besoin, même Connor qui tremblait toujours, il avait juste failli servir de casse-croûte à un tigre affamé, pas de quoi s'inquiéter franchement. Il ne comptait pas le laisser là alors qu'il avait essayé de l'aider, ça partait d'un bon sentiment, et puis il ne faisait pas parti des Zonards, il y avait donc en prime le risque d'avoir des embrouilles avec eux s'ils le trouvaient, ce qui n'allait pas l'aider dans son état. Connor s'adossa au mur en le fixant pour vérifier qu'il ne tombait pas dans les vapes. Il ne croyait pas trop à cette possibilité (en tout cas pas s'il avait tenu jusque là), mais pour le peu qu'il ait peur du sang, il ne manquerait pas grand chose pour qu'il soit obligé porter un mec qui faisait au moins sa taille jusqu'à sa planque, et entre-nous, ce n'était pas la porte d'à côté, donc s'il pouvait se servir de ses deux jambes, ça lui faciliterait la tâche.Finalement, le jeune homme attendit moins longtemps que ce qu'il avait décidé, mais il craignait la présence d'un second tigre. Il n'y en avait rarement qu'un dans un cirque, ils devaient s'attendre à voir débarquer n'importe quel autre animal redevenu sauvage avec le temps pour essayer, de nouveau, de les bouffer, et c'était peu réjouissant comme festin. Il retira le long couteau du gamin du cou de la bête, se releva et lui tendit une main qu'il prit et l'utilisa pour se mettre debout. Connor le prit par le poignet et le força à avancer rapidement dans les escaliers, alors que l'autre avait plus envie d'y aller doucement. Au bout du deuxième étage descendu, il se retourna brusquement en le lâchant en même temps.

    - Tu vas te bouger oui ? Il doit pas être le seul, là dehors, qui va essayer de te croquer le derrière tu vois ? Donc plus vite on sera parti, mieux on se portera.

    Et s'il continuait de traîner, Connor n'allait pas hésiter à le laisser là, il avait d'autres choses à faire, surtout Aïko qui devait encore l'attendre en bas.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» les animaux insolites
» les chemins de la liberté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Le commencement
 :: Introduction :: Univers :: Connaître la trame
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit