:: 
Le commencement
 :: Introduction :: Univers :: Connaître la trame Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Event 1 - Des animaux en liberté ?

Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
Invité
avatar
avatar
Jeu 14 Juil - 10:29
Invité

Let Them Run

Les animaux étaient partout. Certains s'étaient fait attaqués par des jeunes voulant survivre à tout prix. Mais est-ce que ces jeunes avaient raison d'agir de la sorte ? Pourquoi ne pas essayer de domestiquer ces bêtes sauvages ?
Elles pourraient devenir un atout très intéressant pour les différents groupes qui avaient pu se former ces derniers temps.

Tout le monde ignorait pourquoi ces animaux se retrouvaient hors de leur cage. Pourtant ils semblaient avoir tous le même objectif : se rendre aux montagnes.
Pourquoi ? Quelle excellente question.

Je viens vous offrir un espoir, celui qui vous permettra de trouver quelque chose d'important. Vous ne savez pas encore quoi exactement mais il vous suffira de suivre les animaux, mais attention il va y avoir quelques conditions.

Pour trouver la Source, il devra y avoir au minimum un binôme par groupe, autrement dit au moins 2 solitaires, 2 adultes, 2 forestiers et 2 zonards qui participent à l'event, pour le moment seuls les solitaires ont leur minimum. Allez motiver vos alliés par mp et dans vos groupes.
Vous devrez éviter de vous faire voir des autres groupes et rester à bonne distance des animaux, si ces derniers se sentent suivis, ils n'hésiteront à prendre un autre chemin pour ensuite vous tuer.


Faire preuve de discrétion et de coopération, telle sera la mission des gens voulant voir où vont tous ces animaux et pour quelles raisons...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : citation
Liens : Retrouve l'histoire de mon personnage, ses connaissances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Défie moi !
Groupe : Solitaires
Messages : 145
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 18 Juil - 22:52
Toujours sonné et terrifié par ce qu'il vient de se passer, le jeune homme aux cheveux maintenant bicolores tente d'oublier la douleur qui l'accompagne au niveau de son nez et de ses côtes. Parce qu'au final, il s'est quand même étalé de tout son long sur les marches. Et c'est avec étonnement qu'il se rend compte que ses genoux et ses tibias n'ont pas trop soufferts.
Le regard rivé sur son couteau de lame vingt-cinq centimètres, White laisse l'inconnu le réprimander sur sa vitesse. Comme un toc, le solitaire passe une main sous son nez pour enlever le sang qui jaillit encore de son nez par un fin filet. Ah d'ailleurs, White pense que son nez est peut-être cassé, et une - ou plusieurs - de ses côtes sont fêlées. Ou alors tout va bien et la douleur va passer. Après un petit soupir intérieur, White hoche la tête. Il a pris la décision de ne pas râler, et de faire ce que l'autre jeune lui demande de faire. De toute façon il n'a pas la force de protester. Alors après son hochement de tête, White attends que Connor reprenne la route, et se cale sur son rythme. Le seul truc à quoi pense White en marchant, c'est à prendre une douche. Déjà qu'en ce moment, s'il arrive à prendre trois douches par semaine c'est un exploit, mais là, il va falloir qu'il se lave très rapidement. Le sang qui colle aux cheveux, au visage, aux vêtements, aux mains et tout le reste... C'est pas vraiment agréable.

- On va où en fait ?

Une fois sortie de l'immeuble, White se place à côté de l'autre jeune, pour ne plus être derrière, étant donné que ce dernier ne présente pas la plus belle vue du monde. White observe le profil de son partenaire de survie aux tigres, et fronce les sourcils. Les yeux, le nez, et en fait le reste de son profil lui semble familier. Hyper concentré à essayer de se souvenir qui pourrait être ce pseudo inconnu aux yeux gris, White manque de ne pas voir un débris quelconque au sol, mais l'évite au dernier moment comme si de rien n'était. Revenant au sujet "savoir si je connais l'autre mec", White finit par abandonner avec un petit soupir intérieur. De toute façon quelles sont les chances qu'une de ses quelques connaissances soient encore en vie, et surtout qu'il en retrouve comme par hasard une (accompagnée d'un chien) en train de se faire attaquer par un tigre qui vient d'un cirque abandonné ?
D'ailleurs, en parlant du chien, l'autre garçon siffle et immédiatement le chien débarque en courant, comme sorti de nul part. Quelque peu apeuré, White a un mouvement de recule. Il faut quand même rappeler que le chien lui grognait dessus avant que son maître lui gueule dessus. Qui dit que maintenant l'inconnu ne va pas laisser le chien l'attaquer ? Enfin si on réfléchie bien : le garçon aux cheveux rouge sang et blanc est plutôt une sorte de boulet que l'ami des chiens doit se trimbaler. Alors bon, si il laisse le chien le mordre, quelle conséquence ? Aucune pour lui, juste peut-être pour sa conscience. Parce qu'il aurait bien pu l'aider avec le tigre juste pour ne pas l'avoir à ses trousses juste après la mort douloureuse de White. Mais à ce moment là, pourquoi être resté avec White pendant que ce dernier se vidait de son sang par le nez ? Le solitaire en vient rapidement à penser que le chien et son maître ne lui veulent pas de mal, surtout quand le chien fait mine de grogner et que son maître le rappel immédiatement à l'ordre. Soulagé, White se détend et passe une main sous son nez avec une grimace de douleur, mais constate avec une certaine joie que le sang s'est arrêté de couler. Après réflexion, il aurait pu s'en rendre compte avant, en remarquant que sa bouche possède de moins en moins une source de sang au goût métallique. De nouveau l'idée de la douche lui parvient, et il tente de la chasser en empêchant un soupire las de lui échapper.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : Laisse-moi crever dans cet enfer une bonne fois pour toute.
Liens : Retrouve mon l'histoire, mes connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Oseras-tu ? (8
Groupe : Solitaires
Messages : 102
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 3 Aoû - 18:34


"Connor"
&
"White"
© Never-Utopia

- Je vais t'amener dans la ville, déjà pour se cacher, et pour te soigner, si besoin, après tout c'est à cause de moi que tu t'es mis dans cette merde.  

Ouais, et il se sentait impliqué maintenant, c'était malin. Comme il s'était senti impliqué pour Aïko, et qu'il se sentait toujours, d'ailleurs. C'était embêtant, ça, parce qu'il ne jouait pas son rôle et aidait quand ses émotions le lui dictaient, il se jugeait ensuite aussi lâche que les gamins de cette ville, sale, et indécrottable. Comme un vrai connard. Ça ne l'empêchait pas de dormir la nuit, mais c'était une question de valeur. Heureusement il se sentait rarement impliqué, et puis l'état assez pitoyable du garçon devait aussi jouer en se faveur.
Connor, une fois arrivé dehors, siffla, et Aïko sortit de l'immeuble où il s'était caché. Le jeune homme s'agenouilla pour lui gratter le dessous de la gueule, s'assurant du même coup qu'il n'était pas blessé. Le chien renifla sa main, et tourna la tête en montrant les crocs vers l'inconnu aux cheveux blancs. Après tout ça, s'il avait été un quelconque ennemi, il lui aurait déjà planté un coup de couteau dans le dos, ou aurait laissé le tigre l'achever, donc au fond... Même s'il ne connaissait ni d’Ève ni d'Adam ce personnage à la chevelure décolorée il ne devait pas être un grand ennemi. Et s'il s'avérait que Connor ait fait fausse route, vu son attitude, il ne devrait plus représenter un grand danger. Quoi qu'il en soit, le jeune homme tapota la tête du chien pour lui assurer que tout irait bien avec lui, il pouvait lui faire confiance. Après, peut-être que l'individu à la coiffure décolorée ne lui faisait pas confiance, à lui, mais il n'en avait rien à faire, après tout libre à lui de le suivre ou pas, il n'allait pas l'obliger non plus. Connor désigna la ruelle entre les deux immeubles et s'y engagea, sans demander son reste à l'inconnu. Aïko devant eux, aux aguets, entrain de renifler le sol pour détecter la moindre trace de danger, menait le groupe, suivi de près par Connor puis le garçon aux cheveux blancs, que le brun surveillait en jetant relativement souvent des coups d’œil derrière lui. Ils s'éloignaient de la forêt, pour aller dans un territoire connu. Même s'il était évident que les animaux bougeaient et qu'ils iraient en ville chercher de la nourriture, le petit groupe pouvait au moins compter sur la connaissance des lieux pour échapper au danger de ces carnivores en manque de nourriture, en s'y cachant. Entre être sur le territoire de ces bêtes redevenues sauvages et le sien, il était fort conseillé de prendre celui que l'on connaissait le mieux... Ils débouchèrent sur une grande avenue, menant à un immense bâtiment, visible de leur emplacement, pourtant ils en étaient loin. Le jeune homme fit un vague mouvement du bras pour signifier qu'ils ne se montreraient pas à couvert comme ça, qu'ils continueraient dans les petites rues. Alors oui, c'était certain que si l'inconnu voulait faire la causette, c'était raté pour ce coup là, la prochaine fois il devrait essayer de tomber sur quelqu'un de plus bavard. Ou alors moins méfiant, puisque Connor se taisait, ne sachant quoi dire, ce qu'il pouvait dire ou non, comme il n'était pas sur à cent pour-cent que l'autre n'allait pas le voler ensuite. Ils traversèrent l'avenue à la verticale, pour atteindre une nouvelle ruelle. C'était une zone sûre, le brun avait déjà parlé avec les squatteurs des maisons des alentours, des zonards, comme lui, donc ils ne devraient pas se faire piller.
Connor gardait toujours le silence, en marchant et observant autour de lui, histoire de voir s'il apercevait les gamins sûrement planqués autour d'eux, avant de se rendre compte que en fait, il ne connaissait toujours pas le nom de cet individu, et que donc celui-ci ne connaissait donc pas non plus le sien. Il était peut-être temps de l'appeler différemment que "le mec" ou "l'individu".

- Connor, si ça t'es utile.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Mer 31 Aoû - 20:24
Invité
Des animaux en liberté?
feat. Hugo Haldor & Plectrude Dubois


Moi je suis un gamin sans cervelle ? Moi je suis stupide et inconscient ? N'importe quoi ! En quoi c'est mal de vouloir la paix entre les clans ? En quoi c'est mal de vouloir aller les voir en toute amitié pour tirer un trait sur toutes ces guerres stupides ? On est tous dans le même bateau que diable ! C'est pas juste. Je ne suis pas un gamin. Cet idiot va regretter de m'avoir dit ça. Je croyais qu'on était pour la paix ici moi. Je ne savais pas qu'on restait terré dans notre coin à attendre que les autres fassent couler le sang.
Et voilà que Plectrude vient me voir à son tour en me disant qu'il a raison, qu'après tout, je suis encore jeune et que je ne dois pas prendre de risques. Elle est gentille Plectrude, je l'aime bien. Mais elle a tort ! Et je vais leur prouver.
Alors je sors de ma cabane en trombe et saute au sol. Je prends mon élan et me voilà parti en courant comme une furie. J'ai bien l'intention d'aller les voir moi les autres ! Je suis sûr qu'ils m'écouteront, ils sont humains et sûrement autant terrorisé que nous le sommes.
Je me perds. Bah bien sûr tiens. Je ponds des plans débiles et je ne sais même pas où je vais. Je me tape la main sur le front avec un soupire de désespoir. Mais quel abrutis je fais. Ils ont raison les autres, je suis un gosse débile et immature. Je ne suis pas dans une de mes bandes dessinées imaginaires où je suis le héros qui sauve tout le monde cette fois, c'est différent, à la moindre erreur je claque.
D'ailleurs, en parlant de claquer. C'est quoi ces traces de pattes géantes ? Genre... Euh... Y a des rhinocéros par ici ? Des éléphants... ? J'entends Plectrude plus loin, m'appeler. Pour le coup, j'ai bien envie de revenir vers elle. Mais je boude encore. Alors je reste juste figé sur place, comme un idiot.
Si elle me trouve, tant mieux, sinon, tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Dim 11 Sep - 18:47
Invité
« Le cirque. Du bruit, encore du bruit. Des animaux se seraient échappés ? Laissez-moi rire... » #with everybody.
Des animaux en liberté ?
HRP:
 


Je marchais dans la forêt à la recherche d'un point d'eau, j'avais soif et ma gorge me faisait souffrir. La déshydratation signifiait la mort à mes yeux, je devais faire vite pour survivre. De plus mon aventure ne sera pas de tout repos car je suis aphone. Parler est habituel pour moi, sauf dans ces cas-là. Je crains que mon sarcasme s'est envolé avec ma voix. Ô douce voix, reviens-moi ! Je te prie de revenir au plus vite vers ton Maître bien-aimé, si je puis dire ainsi. Ce qui m'appartient doit rester près de moi, ma voix n'est pas une exception et je souhaiterais la retrouver rapidement. À mon plus grand dam, elle s'amuse à me torturer en ne sortant aucun son lorsque j'ouvre la bouche. J'ai beau prononcé un simple « A », il en sort un « ... ». Aucun son. Je suis foutu.

Longeant des arbres, je me stoppais à cause de la fatigue. Suis-je malade ? Contaminé ? Ai-je attrapé cette vilaine grippe ou est-ce seulement cette longue marche qui me rend si mou ? Je pense que la deuxième solutions est plausible. Je n'ai aucun symptôme de cette grippe dont je ne connais plus le nom. Je tourne la tête sur la droite pour observer le grand arbre qui me semble être un géant sortie d'un film fantastique. Je recule, surpris par cette voix qui trotte dans ma tête. Tu vas mourir, tu vas mourir ♫ chantonnait-elle d'une voix douce et moqueuse à la fois. La folie me consume chaque jour, mais je tiens bon. Je lui échappe et elle me rattrape à l'aide de ses chaînes faites de métal. Ses griffes se plantent dans ma peau et elle me susurre ses souhaits.

Ses griffes, ai-je dit ? Mais que vois-je là ! N'est-ce donc pas un arbre griffé par un animal ? Que s'est-il passé ? Il est possible que j'ai pus voir ces marques et que je me suis imaginé à la place du géant au tronc énorme. Méfiant, je jetais de rapides coup d’œil en direction de cet endroit où je restais planté comme un piquet. Si un féroce animal est dans les parages, cela signifie qu'il risque de me repérer et de m'attaquer sauvagement. Vu mon état, je ne ferais pas long feu. À mon avis il s'agit d'un animal de ce cirque dont j'ai entendu parler. Des animaux du cirque en liberté ? Étrange et amusant à la fois, j'ai hâte de me retrouver confronté à un éléphant et de lui asséner un violent coup de couteau dans les yeux. Ou entre, pourquoi pas.

Ou bien c'est lui qui va te tuer, oh oui c'est lui qui va te bouffer ♫ continuait-elle de chantonner. La ferme satané voix ! Ma conscience me joue des tours lorsque je suis seul, je suppose. En particulier depuis cet événement traumatisant. Succomber à la folie signifierait abattre humains, animaux, végétations et j'en passe ! Je ne suis pas un meurtrier, je suis un être humain qui garde dignité et fierté. Mais soit. J'ai une affaire plus urgente dont je dois m'occuper. Un tigre, un léopard ou je-ne-sais-quel-animal se balade dans cette forêt sombre, trop sombre à mon goût.

Zzzz! Zzzz

Ah non ! Un moustique ! J'ai horreur de ça. J'attends qu'il se pose sur moi et l'éclate d'un coup de main. À l'aide d'une feuille que je viens de cueillir, je « nettoie » la saleté que ce fichu moustique a déposé sur ma peau. Frotter, frotter, frotter. Je laissais la feuille se poser délicatement sur le sol et passais à plusieurs reprises ma main gauche sur mon bras droit, à l'endroit où du vert se trouvait. Zut ! En plus de devoir trouver de l'eau pour boire, je dois me laver.

Sans plus attendre, je guette le moindre bruit. Rien n'est inhabituel pour le moment. Ce lion n'est peut-être plus dans les parages, c'est une hypothèse à ne pas oublier. D'ailleurs je me demande quels animaux se trouvaient à l'intérieur du cirque. En toute honnêteté, je suis un piètre pisteur, je me débrouille en chasse tant bien que mal et j'effectue de temps à autre de fructueuses recherches, même s'il arrive plus régulièrement que cela s'avère être un échec décourageant.

Je dois m'aventurer. Si je ne bouge plus, je finirais par louper le gibier en liberté. Et si je venais à suivre discrètement un animal, il pourrait m'amener directement vers un point d'eau. Tentons le tout pour le tout. Je progresse donc lentement dans cette lugubre forêt à la recherche d'un lion, d'un léopard, d'une girafe et d'un éléphant. Je ne connais pas les animaux du cirque, excusez-moi. Et je ne suis pas capable non plus de deviner à qui appartenait ces griffures sur le tronc d'arbre que j'avais vu, donc il est fort probable qu'il ne s'agissait que d'un repère pour quelqu'un ou une trace déposée au hasard. Bien que je trouve cela plus logique de dire que ça venait d'une bête. Un humain serait incapable de reproduire une telle chose !

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : citation
Liens : Retrouve l'histoire de mon personnage, ses connaissances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Défie moi !
Groupe : Solitaires
Messages : 145
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Sep - 15:54


L'inconnu allait donc bien l'aider ! White eut un léger soupire de soulagement. Pouvait-il se dire que le jeune homme brun était son ami ? Il ne le savait pas, mais s'en foutait un peu pour le moment. Tout ce qu'il voulait c'était une douche et pouvoir s'asseoir au sol pour reprendre des forces. Ce qu'avait dit le brun embêtait un peu White. L'inconnu n'était pas le seul fautif de l'attaque du tigre envers White. Le garçon aux cheveux blancs avait prit la décision d'aller l'aider. Ça ne s'était pas passé comme prévu, certes, mais il avait voulu l'aider. Sinon il ne se serait jamais autant approché du danger. White n'eut pas le courage de protester et se contenta de continuer d'avance en jetant des coups d'oeil autour de lui, un peut stressé à l'idée de voir un autre tigre apparaître. La présence du chien le rassurait un peu : ils étaient connus pour leur très bon odorat, puis Aïko (White avait entendu l'inconnu l'appeler comme ça) semblait tout aussi bien dressé et attaché au brun. Il leur faisait confiance. Les deux adolescents marchaient en direction de... il marchaient dans une direction que seul Aïko et le brun connaissaient, et White, fatigué par sa course poursuite contre le tigre peinait à mettre un pied devant l'autre. Il avait mal partout maintenant que l'adrénaline était retombé.

Connor. Le brun à côté de qui il marchait s'appelait donc Connor. Son cerveau mit du temps à réagir mais finit par faire tilt. White se retourna vivement vers Connor, en poussant une exclamation joyeuse.

- Mais je te connais ! T'étais le mec du pensionnat qui s'est fait viré. Je m'en rappelle je t'admirais dans le sens où tu te laissais pas faire, dit White en regardant devant lui.

Il avait sorti ça d'une traite. Il était un peu choqué de se rendre compte qu'il connaissait Connor. Que quelqu'un qu'il avait connu avant l’épidémie était encore vivant. C'était un peu une sorte de miracle. Miracle qui lui avait sauvé la vie et à qui il avait sauvé la vie. Bref. White venait de comprendre pourquoi le visage du brun lui était familier. Il appartenait à celui qui se battait tout le temps au pensionnat, et qui avait fini par se faire virer. White ne savait si comment Connor s'en souviendrait, mais le garçon aux cheveux blancs était sûr de reconnaître Connor. Quand il était au pensionnat, White avait du lui parler dix fois à tout casser. Et jamais de choses bien intéressantes, juste des politesses sans fonds.

Se rendant compte qu'il n'avait toujours pas annoncé son prénom, il lança :

- Moi c'est White. Enfin Logan. Mais appelle moi White, je suis plus vraiment Logan. Puis tout le monde m'appelait déjà White avant le virus, dit-il en souriant légèrement en se souvenant de ce surnom que tout le monde utilisait pour l'interpeler.



Revenir en haut Aller en bas
Admin
Compte fondateur
avatar
avatar

Citation : citation
Messages : 528
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Oct - 14:17

Des animaux en liberté ?


Tous les animaux se rendaient tous au même point, les montagnes de Doreodan, pourquoi ? Vous l'avez maintenant découvert. En effet au pied de ces montagnes se trouvait des cadavres. Les adultes les avaient mis ici au tout début de l'épidémie et les animaux étaient attirés par cela.

Vous détournez rapidement le regard et remarquez aussitôt les caisses en métal avec le logo de l'armée. Vous accourez et ouvrez les caisses. Dedans, de la nourriture lyophilisée ainsi que des médicaments et des vêtements chauds.

L'armée a dû laisser les caisses ici pendant que l'épidémie faisait rage. Mais vous n'y prêtez pas attention et repartez avec votre butin.


Bravo à tous les participants, vos RPs nous ont bien plus. Pour vous récompenser, vous obtenez chacun 15 points ainsi que des nouveaux vêtements, des médicaments et de la nourriture pour la suite de votre aventure.
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» les animaux insolites
» les chemins de la liberté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Le commencement
 :: Introduction :: Univers :: Connaître la trame
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit