:: 
Partage & détente
 :: Les archives :: RP abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[libre] Premiers regards

Invité
Invité
avatar
avatar
Dim 19 Juin - 19:19
Invité
L'endroit où l'on avait accueilli la jeune fille était situé non loin de la gare, à quelqes mètres de l'entrée, dans une galerie sous-terraine.
Ainsi, la jeune zonard s'était retrouvée là après s'être reposée dans le lit de l'étrange salle blanche où elle s'était réveillée la veille.
Aucun souvenir ne lui était revenu et lorsqu'Amnesia était sortie, elle avait l'impression de n'être jamais venue.
Peut être était ce le cas après tout, comment pouvait elle savoir d'où elle venait ? Son unique souvenir était la mort d'une femme qui s'était écroulée sur le tapis d'une salle de bain inconnue.
Amnesia guida ses pas jusque l'entrée de la gare. Elle s'arrêta devant et ne s'inquiéta même pas de voir qu'elle était complètement abandonnée.
Après tout, ce concombre d'Ayan, le premier adolescent à lui avoir parlé, lui avait parlé de ce virus dévastateur qui avait éradiqué tous les adultes ou presque ayant plus de 19 ans, alors cela n'était pas étrange que la gare ne fonctionne plus.
La porte coulissante de la gare ne marchant plus, Amnesia dut y mettre toutes ses forces pour qu'elle ne s'ouvre dans un bêlement de chèvre. Après cinq bonne minutes, un passage assez épais pour qu'elle passe se dessina dans la porte et la jeune fille rentra àl'interieur.
L'immense hall de la gare était déjà obscur en raison de la nuit qui tombait lentement au dehors. Amnesia frissonna, s'attendent presque à y découvrir quelques monstres enragés et elle marcha en direction des quais.
La traversée lui parut durer une éternité et la jeune fille fut contente d'en voir le bout, où une autre poète coulissante, cette foid ci grande ouverte, attendait d'être franchie.
Amnesia sortit donc sur le quai A et elle marcha oar mégarde sur un chapeau rouge abandonné ici. La jeune fille le ramassa et le dépoussiéra, en pensant à la pauvre personne probablement morte qui le portait autrefois.
La zonard posa le chapeau sur un banc et se dirigea vers les rails.
Elle avait le souvenir d'avoir toujours rêvé de marcher sur la ligne ferroviaire et Amnesia , sans hésiter , sauta du quai et se retrouva sur une latte de pierre des rails.
Cela lui fit décocher un faible sourire face à cette sensation fantasmagorique et elle commença d'avancer, les bras tendus tel un oiseau déployant ses ailes . Elle avança donc jusqu'au train qui avait été abandonné en gare et monta sur son toit tant bien que mal.
Une fois en haut, elle s'y assit et regarda autour d'elle. Cela aussi, elle le sentait, elle avait toujours rêvé de le faire.
Pour la première fois depuis son réveil, c'était la première foid qu'elle se sentait aussi heureuse et une vague d'émotions lui emplit le corps, sans pour autant qu'elle n'en laisse paraître quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Dim 19 Juin - 19:36
Invité
détails

Cuttings to barter
Premiers regards
Libre.



« Joli chapeau ! » chantonna seulement une voix, non loin de la jeune fille.

Julian était arrivé par les rails, pour sa part. Il avait évité la gare et ses portes bloquées pour rejoindre l’extérieur au hasard d’une balade. Rencontrant l’arrière du train, il s’était faufilé à ses côtés, dans l’espace normalement réservé aux techniciens de la voie ferroviaire et avait fini par s’amuser à ramper sous le train, jusqu’au wagon de tête. C’était là, dans la poussière, les chiures de rat et la terre humide, qu’il s’était allongé, fixant le ciel noirâtre de ces rouages technologiques, les esquissant au sol d’une main distraite.

Peut-être avait-il fini par s’endormir, peut-être avait-il seulement somnolé, les yeux à peine clos, l’esprit résolument apaisé, jusqu’à ce que les pas le dérangent dans sa quiétude et n’attirent son attention sur tout autre chose. Patiemment, il avait laissé l’inconnu grimper sur le train, écoutant les chocs se répercutant jusqu’aux rails immobiles, comme figés dans le temps.

Puis il s’était tourné, le dos grattant les graviers et sa peau se faisant douloureusement sentir. Il en était sorti noir comme un charbonnier, les cheveux blonds hirsutes au-dessus de sa tête, le regard bleu pétillant. Et posé contre le mur, silencieux comme un ver de terre, il avait regardé le profil de cette jeune fille inconnue.

Il n’y avait rien d’autres à faire que de la rencontrer, et parler. La maison était fermée, les plantes bien arrosées. Les vivres remplissant son placard et l’eau potable craignant toujours de manquer. Il n’était pas poursuivi par un des enfants sauvages, comme la fichue dernière fois. Et il avait tout le temps du monde pour sympathiser.

Alors doucement, il lui sourit, et pointant du doigt le chapeau complimenté, s’essaya à préciser.

« Il faudrait que tu le mettes sur ta tête. Même s’il fait bientôt nuit, je suis sûr que ça sera tout à fait charmant. Tu comptes dormir ici ? » Son regard dériva le long de la ligne et fronçant du nez, il émit un petit claquement de langue désapprobateur. « Ce n’est pas très confortable, les sièges tout cela, cela ne forme pas de vraies banquettes où siester. Comment tu t’appelles ? »

Julian posa la main sur le train, bien incapable de monter tout là-haut à côté d’elle.

« Moi c’est Julian. Et je ne sais pas toi, mais j’ai grande soif. » Fort heureusement, l’endroit ayant été épargné, il demeurait encore un distributeur de canettes dans un coin du quai, bien plus loin. Julian y jeta un coup d’œil, et aussi naïf qu’innocent, fouilla ses poches en quête de monnaie.







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Lun 20 Juin - 19:04
Invité

-Merci, murmura simplement la jeune fille sans ajouter une parole de plus.

Elle ne s'était pas immédiatement aperçu de la présence du garçon qui la suivait. Immédiatement, Amnesia s'était souvenue des paroles d'Ayan. "Si tu rencontres quelqu'un, pille-le, tu le dois pour ta survie. S'il se débat, tue-le". Ainsi, la jeune fille s'était tournée vers le garçon mais n'y avait, en premier lieu, pas fait attention.
Il ne la suivit heureusement pas sur le toit, après tout, elle était venue ici pour être seule, même s'il lui avait dit qu'elle avait un joli chapeau. Amnesia l'avait donc reprit de sur le banc et l'avait emporté avec elle, sur son toit. Après tout, il n'était plus à personne désormais, et puis, ce n'est pas comme si elle volait 100 dollars. Le chapeau n'avait probablement guère coûté plus de 6 dollars.
La jeune fille crut pendant un instant que le garçon était parti car elle ne le vit pas. Cela la soulagea grandement, cela lui éviterait de mettre les mots d'Ayan à l'œuvre, elle n'avait aucune envie de faire de mal à ce pauvre et solitaire enfant.
Ainsi, la jeune fille resta un moment, pensant qu'elle était de nouveau seule, ou du moins, seule avec elle même et ses pensées aussi vides que si elle venait de naître.
La nuit commençant réellement de tomber, Amnesia sortit une lampe torche de sa poche et la laissa allumée, posée sur le toit. Non pas qu'elle n'ait peur du noir, mais cette lumière la rassurait légèrement face à ce monde inconnu.
Amnesia sursauta lorsqu'elle entendit un bruit venant de sous la train. Elle braqua la lampe vers la source et soupira en voyant que ce n'était que le garçon, sortant, noir comme le charbon, les cheveux dressés sur la tête.
La jeune fille haussa les sourcils et soupira de nouveau. Elle n'avait aucune envie de parler, mais, après tout, elle n'avait pas le choix et puis elle ne voulait pas être méchante.
Surtout que le jeune garçon lui adressa la paroles et qu'elle ne pouvait pas le laisser là, sans réponse.
Amnesia regarda de nouveau son nouveau chapeau, puis jeta un œil vers son compagnon.

-Le mettre... sur la tête ? chuchota t-elle en penchant la tête de côté pour observer le couvre-chef d'un air curieux.

Mais oui, un chapeau, cela se mettait sur la tête, quelle question, songea la jeune fille. Elle le posa donc sur ses cheveux gris et regarda le garçon de nouveau.

-Je ne compte pas dormir à vrai dire... Je ne suis pas fatiguée. Et si seulement je voulais dormir, je pense que je m'allongerais simplement sur le toit, là, je ne rentrerais pas dans le train, ni dans la gare, dit elle simplement.

Elle repensa de nouveau aux valeurs des zonards. Pourquoi donc elle ne sautait pas de ce train pour se jeter sur lui et lui prendre tous les objets de valeurs ? Elle n'aurait même pas dut lui adresser un seul mot, elle aurait dut écouter Ayan.

-Moi c'est Anna, mais appelle-moi Amnesia.

Elle fouilla à son tour dans ses poches et fut heureuse du trouver quelques pièces qu'elle lança à l'adresse du jeune garçon. Après tout, maintenant qu'elle lui avait parlé, pourquoi ne pas lier d'amitié ?

-Prends-moi un ice tea, dit Amnesia en reportant son attention sur le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...
» Obama en chute libre ...
» Les 100 premiers jours du president Preval vus par les media
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Une clinique medicale pour les premiers soins a St-Ard (Archaie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Partage & détente
 :: Les archives :: RP abandonnés
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit