:: 
Doreodan
 :: Le littoral :: La plage Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Monologue sur la plage - RP Libre

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
avatar

Citation : La gamine a tué sa mère à contrecœur car celle-ci était infectée par le virus, Eden a eu peur de l'attraper à son tour si elle ne faisait rien. Elle a rejoint les zonards après que son meilleur ami ai disparu sans un mot. Maintenant, elle cache au maximum sa féminité car les enfants sont bêtes et pour eux les filles sont faibles, mais Eden est forte et elle leur a déjà prouvé.
Liens : Retrouve l'histoire de mon personnage, ses connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Défie moi !
Groupe : Zonards
Messages : 182
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 1 Juil - 18:53
HORS RP ET INFOS:
 

Eden se promenait sur la plage, quand ses parents étaient encore de ce monde, ils y allaient souvent. Elle aimait bien l'odeur des embruns et le toucher du sable fin. Mais maintenant l'océan qui s'étendait devant elle lui faisait peur, elle avait l'impression qu'il la retenait prisonnière. Le soleil commençait à disparaître devant elle alors elle décida de s'asseoir et elle mis ses mains de façon à ce que le son de sa voix porte le plus loin possible :

"- Où es-tu ?
Dans le gosier de la bête, j'ai cassé des dents, au dessous d'une langue dégoûtante.
J'ai attendu dans ce silence tandis que tu dormais jusqu’à ce que tu crois que tu te trouves dans le gosier de la bête, dans un monde si sale, intoxiqué. Une vie pleine de larmes, dans le gosier de la bête. Un monde dans un état d'hébétude dans le gosier de la bête. Mais aucun n'est digne de confiance, dans la bouche de la bête.
"

Eden marqua une pause, elle avait du mal à articuler et à faire des phrases correctes. Son visage était embué de larmes, heureusement qu'elle était seule et que les garçons du groupe n'étaient pas avec elle. Puis elle passa la manche de son pull trop long sous ses yeux, se redressa et termina son monologue :

"- J'ai attendu dans ce silence, tandis que vous dormiez tous. J'ai attendu dans ce silence et maintenant je suis en feu. "

Elle ramassa un caillou et le jeta le plus loin et le plus fort possible en poussant un immense cri de rage.
Ses parents lui manquaient, son meilleur ami lui manquait, elle voulait que tout redevienne comme avant.

Elle s'écroula sur le sable et se mit à pleurer en répétant continuellement :

"- Où êtes-vous ? "


Eden vous insulte en peachpuff.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : Laisse-moi crever dans cet enfer une bonne fois pour toute.
Liens : Retrouve mon l'histoire, mes connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Oseras-tu ? (8
Groupe : Solitaires
Messages : 94
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 14 Juil - 17:03

    HRP:
     
    Connor observait les grains de sable tout en marchant, son joyeux compagnon marchait à sa droite, comme toujours. Il gambadait, la langue pendante et se précipita vers l'eau de la mer dès qu'ils la virent. Ils ne passaient pas souvent par ici : pas grand chose à faire, et encore moins à récupérer, mais cette fois c'était juste histoire de sentir l'air marin, d'avoir le mistral dans les cheveux. Si cet endroit faisait remonter de joyeux souvenirs chez les enfants, ce n'était pas le cas pour notre jeune homme. Il n'avait que de maigres images de sa mère avec lui tout petit sur la plage, qui resurgissaient parfois, sachant que ce n'était qu'une photo qu'il avait sûrement vu avant de partir à l'orphelinat. Il ne se souvenait pas particulièrement de cette plage, même le visage de sa mère était devenu de plus en plus flou au fil des années. M'enfin, il n'était pas ici pour regretter la famille qu'il n'avait jamais eue, plutôt pour profiter du calme de la plage.Des hoquets l'alertèrent, ils n'étaient pas seuls, finalement. Il fit signe à Aïko, qui était occupé à essayer de mordre dans des vagues, de revenir près de lui, ce qu'il fit, avec la merveilleuse idée de s'ébrouer juste à côté de lui, pour qu'il soit bien mouillé. Ah non mais je vous jure. Il le fusilla du regard et avança jusqu'à voir une jeune fille brune, assise, qui parlait toute seule. Interloqué, il se décida à avancer encore un peu pour entendre ce qu'elle disait. On y entendait beaucoup de détresse, de l'accablement, du regret, et essentiellement de la tristesse. Connor avait compris en parti ce que la jeune fille avait voulu dire dans ses paroles. Elle s'exprimait bien différemment des autres enfants ayant survécu à la grippe, mais tous la posaient cette question : "où êtes-vous ?" Cela s'adressait sûrement à ses parents, sa famille, ses amis aujourd'hui disparus. Où vont les morts ? Tout dépend des religions, des croyances, et comme Connor ne croyait pas à toutes ces histoires de Dieux (croire à tous ces êtres tels que les anges, Lucifer etc... serait comme croire à la magie, or d'après ce qu'il avait devant les yeux, la magie n'était qu'un conte de fée, donc les Dieux aussi.) Ce qui nous amenait à la conclusion que les morts n'allaient nul part, qu'ils n'entendaient sûrement pas sa question et ne reviendraient jamais. Qu'ils étaient dans le néant. Point à la ligne. Il hésita à aller la voir, de toute évidence, si elle était ici, c'était qu'elle voulait être seule. Mais elle faisait parti des Zonards, groupe auquel il faisait en quelque sorte parti, alors peut-être que pour une fois il devrait faire comme s'il en était un.

    - Partout et nul part à la fois, répondit-il comme si la question lui était adressée.

    Connor marcha jusqu'à se trouver face à elle. Les larmes dévalaient ses joues et faisaient rougir ses yeux, son visage lui disait vaguement quelque chose, mais il ne saurait poser un nom dessus. Si elle le reconnaissait, il aurait l'air bien, tiens. Il s'assit à côté d'elle, sans la regarder plus, face à la mer. Il se doutait bien qu'une telle intervention devait la surprendre, ou peut-être pas... En tout cas il sentit le besoin de se justifier. Il haussa les épaules.

    - Ceux partis ne risquent pas de te répondre, alors il faut bien qu'un vivant le fasse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : La gamine a tué sa mère à contrecœur car celle-ci était infectée par le virus, Eden a eu peur de l'attraper à son tour si elle ne faisait rien. Elle a rejoint les zonards après que son meilleur ami ai disparu sans un mot. Maintenant, elle cache au maximum sa féminité car les enfants sont bêtes et pour eux les filles sont faibles, mais Eden est forte et elle leur a déjà prouvé.
Liens : Retrouve l'histoire de mon personnage, ses connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Défie moi !
Groupe : Zonards
Messages : 182
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 9 Aoû - 19:17
Eden essuya rapidement ses larmes et elle fixa bêtement le jeune qui venait de s'asseoir à côté d'elle.
Elle le reconnaissait vaguement mais elle ne savait pas qui il était ou alors elle le savait mais elle avait oublié comme souvent.
La fille au pull large ne savait pas quoi dire pour continuer la conversation alors elle ramassa un caillou et dit du tac au tac :

"- Tiens tu savais que les manchots pour leur parade nuptiale font des nids de cailloux pour leur femelle ? "

Elle pouffa de rire, le jeune homme allait penser qu'elle était folle. Puis elle le regarda :

"- Au fait moi c'est Eden, comme le jardin. Je crois t'avoir déjà vu avec ton chien en ville qui traînait avec nous mais j'avoue que je ne me souviens plus de ton prénom ni même celui de ton chien. Désolée je suis nulle pour les prénoms. "

Elle regarda la mer en attendant une réponse et elle essuya ses joues de nouveau avec ses manches trop longues, elle adorait porter ce genre de pull.
Eden se sentait faible, elle avait pleuré devant un des garçons de son groupe, elle qui devait se montrer forte et ne jamais pleurer. Elle était ridicule, et elle le savait, elle en avait rien à faire mais en même temps une part d'elle s'en voulait d'être aussi stupide.

Il commençait à faire frais et Eden se recroquevilla sur elle-même.Elle regardait le chien du zonard qui lui tenait compagnie.

"- Ton chien est vraiment mignon. "


Eden vous insulte en peachpuff.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : Laisse-moi crever dans cet enfer une bonne fois pour toute.
Liens : Retrouve mon l'histoire, mes connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Oseras-tu ? (8
Groupe : Solitaires
Messages : 94
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 12 Aoû - 0:37

    Vous savez ce que Connor avait toujours préféré lorsque qu'il allait à la mer (les rares fois où il y allait) ? Non pas le bleu de l'océan, ni le reflet du soleil, encore moins les coquillages ou le sable. Mais les vagues. Ces vagues toujours plus uniques que les précédentes. Ces vagues qui naissaient à l'horizon pour venir s'échouer sur le sable mouillé de leurs prédécesseurs. Il pourrait passer des heures à regarder l'eau, la regarder bouger, venir caresser les rochers puis repartir en laissant leurs gouttelettes d'eau. Et le mieux... C'était quand on voyait à travers. Que l'eau était si limpide, si propre que l'on pouvait voir le sable ou les algues danser avec le courant, dans un parfait mouvement. C'était juste beau, plus qu'une forêt, qu'un coucher de soleil. Il adorait ce léger dégradé de vert qui s'associait avec la couleur pâle du sable, parfois elle aussi décoré d'un tout léger reflet bleu. Pourquoi s'embêter à peindre des paysages compliqués alors qu'il suffisait de baisser les yeux pour voir un magnifique décor à couper le souffle ? Non Connor ne comprenait pas d'où venait la complexité de l'homme à trouver la facilité. Comme en voyant la jeune Eden sécher ses larmes avec empressement. Le jeune homme connaissait néanmoins suffisamment leur nouveau mode de vie, où la moindre faiblesse était charrié, ou la moindre larme coulée était prise et comparée comme pour les plus petits. C'était un monde d'immatures. Mais les adultes pleuraient eux aussi, quand ils étaient vivants, alors pourquoi maintenant que les enfants étaient en quelque sorte les grands ils devaient être encore plus résistants que les adultes ..? C'était stupide. Et cette honte, où cette peur de paraître faible pouvait en ronger plus d'un. Connor avait longtemps connu ce sentiment, la peur d'être moqué pour ses actes, à l'orphelinat. Jusqu'à s'endurcir, et devenir une masse d'indifférence. Il ne souhaitait pas à cette jeune fille de devenir comme lui, et apparement elle avait trouvé le moyen de se soustraire de sa peine en venant ici, et... Ne s'attendant sûrement pas à ce que quelqu'un l'approche. Connor décrocha son regard des vagues d'écumes, la jeune fille venait de le faire sourire, on ne sait trop comment. Passer du coq à l'âne d'une telle façon, il fallait le faire. Comment en était-elle arrivé aux... Manchots ..? Peut-être une profonde envie de changer de sujet pour éviter d'approcher de trop près celui des parents, de la famille, des larmes. Elle ne risquait pas d'être moquée ici, pas avec Connor.  Il se rendit d'ailleurs compte qu'il n'était pas le seul à ne pas se souvenir des prénoms du monde entier, il fallait dire qu'il ne lui avait jamais parlée auparavant, donc en même temps, pas toujours facile de retenir le prénom d'une inconnue. Eden Eden... À retenir, sinon il se retrouverait bête la prochaine fois qu'ils se croiseraient. Bon, si elle se présentait, c'était une question silencieuse pour qu'il le fasse aussi. Son sourire qui accompagnait ses paroles traduisait un « merci » pour le compliment à Aïko.

    - C'est possible qu'on se soit déjà vus, je suis Connor, et lui c'est Aïko, fit-il en désignant le Akita Inu qui s'avançait en trottinant vers eux, un morceau de bois flotté dans la gueule.

    Connor n'avait jamais été bon niveau conversation (pas du tout le style de sortir un commentaire sur les manchots ou je ne sais quel autre animal de la banquise), il dit donc la première chose qui lui passa par la tête.

    - Je ne suis pas là pour te juger, toute façon on se connait à peine, et je ne suis pas le plus présent au QG des Zonards, même pas besoin de te prendre la tête, tu me parles de manchot si ça te tente.

     Il lui lança d'ailleurs un regard légèrement amusé, teinté d'un petit sourire taquin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : La gamine a tué sa mère à contrecœur car celle-ci était infectée par le virus, Eden a eu peur de l'attraper à son tour si elle ne faisait rien. Elle a rejoint les zonards après que son meilleur ami ai disparu sans un mot. Maintenant, elle cache au maximum sa féminité car les enfants sont bêtes et pour eux les filles sont faibles, mais Eden est forte et elle leur a déjà prouvé.
Liens : Retrouve l'histoire de mon personnage, ses connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Défie moi !
Groupe : Zonards
Messages : 182
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Sep - 9:05
"- Ah je savais bien que tu me semblais familier. Désolée pour les manchots, c’est que je n’aime pas qu’on me voit pleurer et j’ai tendance à changer rapidement de sujet. On est d’accord pour dire qu’il ne s’est jamais rien passé ? "

Eden se sentait stupide, elle pensait que Connor était comme ceux de la ville, les gars qui se moquaient d’elle dès qu’ils en avaient l’occasion, mais au final il s’avérait que non. Il avait l’air d’être un chouette type.
Elle se releva et tourna en rond en écartant grand les bras, elle aimait bien faire ça, ça lui rappelait quand elle venait se promener avec son ami d’avant.

"- Dis, c’était quoi ta vie d’avant ? Enfin avant le virus. "

Eden voulait en savoir plus, pas forcément sur Connor même mais plus pour essayer de voir si la vie des autres était aussi normale que la sienne. Elle se posait pleins de questions, elle ne se souciait pas d’aborder un sujet sensible, elle voulait juste savoir.
Elle se rassit aussitôt et fixa Connor, c’était une belle personne, bien qu’Eden ne soit pas attiré par lui, elle aimait observait les gens, elle avait une sorte d’obsession avec les visages et les corps.

"- Moi je me demande si les adultes auraient vraiment pu faire quelque chose contre ce virus s’ils s’y étaient pris à temps. Et puis pourquoi on n’est pas touché par le virus nous ? Et pareil pour les animaux ? Ton chien respire la santé, les oiseaux continuent de chanter tous les matins, les poissons nagent encore, les animaux sauvages s’enfuient quand on les chasse. Pourquoi certains adultes sont encore vivants et pas nos parents ? "

Elle se laissa tomber dans le sable et fit passer les grains entre ses mains, c’était doux et agréable comme sensation, ça l’apaisait. Le clapotis des vagues aidait beaucoup à atteindre cet état d’apaisement.
Elle devait l'ennuyer avec toutes ses questions. La demoiselle se mit à mordre dans sa manche de pull trop grande pour se taire et laisser enfin la parole à son interlocuteur.


Eden vous insulte en peachpuff.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : Laisse-moi crever dans cet enfer une bonne fois pour toute.
Liens : Retrouve mon l'histoire, mes connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Oseras-tu ? (8
Groupe : Solitaires
Messages : 94
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Oct - 11:16
    Connor, pour toute réponse haussa les épaules. Il ne ferait rien de cette information de toute façon, mais si elle voulait absolument être sûre et certaine qu'il ne serait pas aussi immature que les autres gamins, hé bien elle en avait la confirmation. Point final. Eden se leva, écarta les bras, et tourna en rond, le vent dans la figure, sous le regard intrigué de Connor, qui ne comprenait pas vraiment pourquoi elle faisait ceci… Pour son compte, il resta assis, en l'observant, elle, mais aussi Aïko qui s'approchait pour renifler ses chaussures. Et puis sa mâchoire son contracta. Oh, sa vie d'avant, hum, disons que… Hum, en fait, c'était plutôt compliqué… Il ne laissa rien entrevoir de plus que ce léger mouvement sur son visage, et se décida à esquiver la question. C'était quoi leur problème à toujours vouloir se rappeler le passé ? Ils ne pouvaient pas tous vivre dans le présent, dans ce monde ? Pffff, non, non il n'avait pas le courage de lui raconter sa vie, il avait déjà dû en parler avec White il y a quelque temps, et il avait eu sa dose. Surtout que elle, ils s'étaient dit trois mots tout au plus de toute leur vie, la confiance du jeune homme ne se gagnait pas en si peu de temps.

    - Mais vie n'est pas intéressante tu sais, ça ne vaut pas la peine qu'on en parle.


    Voilà comment éviter une question d'après Connor. Ce n'était pas fameux fameux, mais pris de court, et voulant changer de sujet au plus vite, affirmer qu'il avait eu une vie tout à fait banale semblait être la chose la plus simple à faire. Et Eden se rassit, tout en le fixant. D'accord, on atteignait le bout du bout du malaise, et Connor dût faire énormément d'effort pour ne rien laisser paraître et réussir même à esquisser un petit sourire. Aïko, lui, était venu s'asseoir contre lui, trempé jusqu'au ventre. Génial, il allait sentir le chien mouillé pendant toute la conversation... Inconvénients d'avoir un chien, on ne pouvait rien y faire. Le jeune homme caressa la tête du canidé, et réfléchit à ce que venait de formuler une nouvelle fois Eden.

    - On se sait rien sur cette maladie, elle peut venir de n'importe où, et épargner des personnes qui ont des facteurs bien spécifiques, facteurs que les adultes n'ont pas eu le temps de découvrir qu'ils se sont fait faucher un à un. C'est bête, mais c'est ainsi, et puis comme les autres gamins ont tué presque tous les survivants adultes, on va avoir du mal à trouver des réponses.

    Wahou, Connor qui venait de dire autant de mots les un à la suite des autres... Impressionnant ! Elle n'avait pas l'air de se rendre compte qu'il n'était pas un bavard d'ordinaire, mais elle, semblait l'être assez pour deux. Il trouvait ça amusant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : La gamine a tué sa mère à contrecœur car celle-ci était infectée par le virus, Eden a eu peur de l'attraper à son tour si elle ne faisait rien. Elle a rejoint les zonards après que son meilleur ami ai disparu sans un mot. Maintenant, elle cache au maximum sa féminité car les enfants sont bêtes et pour eux les filles sont faibles, mais Eden est forte et elle leur a déjà prouvé.
Liens : Retrouve l'histoire de mon personnage, ses connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Défie moi !
Groupe : Zonards
Messages : 182
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 2 Nov - 21:26
Hors RP:
 

Eden sentait qu'elle forçait Connor à parler. Peut-être qu'il n'aimait pas cela ou n'en avait pas l'habitude. Elle ne voulait pas l'importuner, mais en réfléchissant bien, c'est Connor qui avait démarré tout cela pendant qu'elle hurlait face à l'océan.

« Moi je trouve que toutes les vies sont intéressantes. Chaque personne a une façon différente de la voir, de la ressentir, de vouloir la vivre et c'est ça qui est cool avec la vie. Pour ça que j'aime bien savoir ce genre de choses. Mais je peux comprendre que tu ne veuilles pas en parler. »

Elle donna un coup de pied dans le sable, puis la petite brune retira ses chaussures, elle fixa le chien en souriant.

« Tu as raison. Sans adultes ça risque d'être compliqué d'obtenir des réponses, mais je pense que je connais quelqu'un qui pourrait en avoir. Mais je ne sais pas trop quand je le reverrai. C'est mon meilleur ami. »

Meilleur ami qui l'avait lâchement abandonnée du jour au lendemain sans aucunes raisons valables soit dit en passant.

Elle ferma les yeux un instant, inspira profondément l'air marin, et lança du tac au tac :
« Ça peut te paraître stupide mais est-ce que tu voudrais bien faire la course avec moi pour voir lequel de nous deux, pardon trois, arrive en premier dans l'eau ? »
Elle ria en regardant le chien et retira ses chaussettes. Elle était prête à courir pour se vider l'esprit et mettre tout ça derrière elle. Eden pensait que cela amuserait peut être Connor et son petit chien adorable.


Eden vous insulte en peachpuff.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : Laisse-moi crever dans cet enfer une bonne fois pour toute.
Liens : Retrouve mon l'histoire, mes connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Oseras-tu ? (8
Groupe : Solitaires
Messages : 94
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Nov - 19:24
    Une façon différente de la voir ? De la ressentir ? De… de "vouloir la vivre" disait-elle. Connor fronça les sourcils, perplexe. Ce qu'il se souvenait de son enfance était qu'il avait été la plus grande partie du temps pris pour un faible, le plus petit, celui que l'on pouvait insulter sans se gêner. Alors la vie, comment pouvait-il la ressentir ? Un fardeau ? Un lourd fardeau après la mort de sa mère, après que son père ait refusé de reprendre la charge de ce qu'il appelait "ce mioche dépressif" ? Un mioche dépressif peut-être, mais parce qu'il vient de perdre sa mère non, c*nn*rd ?! Connor ne pouvait qu'espérer que son père soit mort, qu'il se soit fait achever par la maladie, ou alors que des gosses l'aient laissé à se vider de son sang, dans d'horribles douleurs, à peine imaginables. Connor avait peut-être un léger naturel violent, mais lorsqu'il était question de son père, que dis-je ! De ce truc là, qui aurait dû lui servir de père, il ne pouvait retenir la vague de haine grandissante qui émergeait au fond de lui. Comment voulait-elle qu'il voit sa vie ? Une suite d'échec, une suite de perte, de douleur, de harcèlement, jusqu'à la délivrance. La délivrance une fois qu'il fugua, et qu'il essaya de commencer une nouvelle vie en prenant sur le peu d'héritage que sa famille lui avait laissé. Et puis finalement, une fois que le monde avait tourné à l'apocalypse, il avait enfin réussi à se trouver une vie presque correcte, avec Aïko. Son regard s'était assombri, il décida de ne rien faire, de ne pas répondre. Chacun ses points de vus, il le respectait, mais ce n'était pas pour autant qu'il était d'accord avec elle. Moins le passé était remué, mieux on se porterait.
    Il eut néanmoins une réaction lorsqu'elle parla de quelqu'un qui pouvait avoir des réponses. Réellement ? Elle connaissait un adulte ? Un adulte en plus médecin ? En fait, ce n'était que son "meilleur ami". Connor se garda bien de dire qu'elle parlait de lui comme s'il était un Dieu tout puissant ayant les réponses à tous les problèmes du monde, et que de ses lèvres, on aurait dit une petite fille de huit ans parlant de grand frère. Il pouvait être franc, mais ça, ça serait carrément méchant, et il n'avait pas envie de la blesser. Il se mordit donc la langue pour ne pas faire de commentaire, et baissa les yeux sur le sable qu'il tenait dans sa main. Pour finalement, écouter d'une oreille ce qu'elle dit. Ce n'est d'ailleurs qu'à ce moment précis qu'il remarqua que la jeune fille avait enlevé ses chaussures. Le sable dans les chaussettes ça ne devait pas être agréable et… hein ? Courir ? Il la dévisagea avec des yeux de poisson hors de l'eau. Aïko jappa en la voyant debout, et Connor se dit après un instant de réflexion qu'il n'avait rien à faire d'autre de toute façon. Le jeune homme enleva le sable de son jean après s'être mis debout, et il esquissa un léger sourire, tout en enlevant à son tour chaussures puis chaussettes.

    - A mon avis on a aucune chance contre lui, fit-il en désignant Aïko d'un geste de la main.

    HRP:
     
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : La gamine a tué sa mère à contrecœur car celle-ci était infectée par le virus, Eden a eu peur de l'attraper à son tour si elle ne faisait rien. Elle a rejoint les zonards après que son meilleur ami ai disparu sans un mot. Maintenant, elle cache au maximum sa féminité car les enfants sont bêtes et pour eux les filles sont faibles, mais Eden est forte et elle leur a déjà prouvé.
Liens : Retrouve l'histoire de mon personnage, ses connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Défie moi !
Groupe : Zonards
Messages : 182
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Jan - 13:59
Eden se mit à rire et couru pour se jeter la tête la première dans l'eau, effectivement Connor avait raison, ils n'avaient aucune chance face au chien.
Elle adorait le contact de l'eau et se mit à nager avec ses vêtements, elle sortit de l'eau et dit à Connor :
« Je devrait peut être rentrer, les autres doivent se demander où je suis encore passée, peut-être que tu veux m'accompagner ? »

Elle pensait avoir tous les sujets de conversation qu'elle avait en tête mais elle avait tellement de choses à dire, mais très peu de temps, cela faisait un moment qu'elle était partie et elle commençait à avoir faim.
« On pourrait s'arrêter pour aller chercher à manger si tu veux ? Je connais un coin qui n'a pas encore été totalement dévalisé si ça t'intéresse. »

Elle lui fit son plus grand sourire et elle essora de nouveau ses cheveux qui était plein d'eau de mer.


Eden vous insulte en peachpuff.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : Laisse-moi crever dans cet enfer une bonne fois pour toute.
Liens : Retrouve mon l'histoire, mes connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Oseras-tu ? (8
Groupe : Solitaires
Messages : 94
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 27 Mai - 10:26
Connor suivit la jeune fille et Aïko, sans vraiment forcer pour que ses deux acolytes du même reste derrière lui. Un mouvement protecteur à leur encontre ? Il ne le saurait jamais. Néanmoins, quand elle sauta dans l'eau, le garçon s'arrêta pour avoir les pieds dans l'eau, mais pas plus, au contraire d'Aïko qui chassa les vagues et s'amusa à aboyer sur Eden, qui elle se sentait aussi à l'aise qu'un poisson. Il l'observa, un léger sourire sur le coin des lèvres, en se disant que eux trouvaient toujours un moyen de s'amuser, malgré la situation sur Terre. Peut-être qu'il dramatisait sa vie, après tout. Cette pensée fut vite chassée, remplacée par les images de sa mère, mourant dans l'hôpital, et des rires sardoniques de ses premiers jours dans son orphelinat. Une chose était sûre : il préférait cette vie ci que son ancienne. Ce qui était plutôt rare, car la plupart du temps les enfants désiraient revoir leurs parents, et c'était normal. Mais ce n'était pas le cas de Connor, qui jouissait de la mort de son père, et espérait malsainement qu'il ait souffert plus que les autres dans son agonie. Lui ne nageait pas dans l'eau, mais dans ses sombres propos. Les yeux obscurcis par un voile mauvais, il fut tiré de sa rêverie par la voix de la jeune fille. Il redressa la tête vers elle, toute colère disparue, présentant le même Connor qu'au début. Elle était ressortie, trempée, c'était ce que justement il avait voulu éviter en restant là. Mais Aïko n'était pas du même avis, car quand il sortit il s'ébroua juste à côté de son maître. Connor aurait presque pu l'entendre ricaner.

- Mais ! Aïko tu le fais exprès oui !

Et le toutou repartit comme si ne rien n'était. Le zonard soupira et leva les yeux au ciel. Bref, ce n'était pas important.
L'accompagner chez les zonards ? Il n'y allait que rarement, même s'il appartenait au groupe, mais après tout il avait toujours sa place là-bas, donc pourquoi pas... Il hocha la tête, ce n'était ni un oui, ni un non, une sorte de mélange des deux qui montraient une certaine indécision. Il la suivit quand même. Pourtant, quand elle fit un énorme sourire qui scinda en deux son visage d'enfant, Connor fut amusé par la situation, et il accepta véritablement ses propositions. Il leva même les mains en signe de reddition.

- D'accord, d'accord, montre-moi ce coin, et on ira manger chez moi, ok ?

Une telle avance du jeune homme était si rare qu'on ne pouvait pas la refuser.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Seul sur la plage (libre)
» Au galop sur la plage... [Libre à tous les gentils !]
» Une petite baignade [libre]
» RP dans la plage (libre)
» Profite du beau temps ( Libre )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Doreodan
 :: Le littoral :: La plage
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit