:: 
Doreodan
 :: Doreodan :: Le quartier Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Être au mauvais endroit, au mauvais moment. [Yumiko Tatsuma]

avatar
avatar

Citation : Laisse-moi crever dans cet enfer une bonne fois pour toute.
Liens : Retrouve mon l'histoire, mes connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Oseras-tu ? (8
Groupe : Solitaires
Messages : 102
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Aoû - 23:57


    Connor suivait Aïko depuis au moins dix minutes. Il suivait une piste, c'était soit un groupe d'enfant, soit une hypothétique trouvaille qui rapporterait de la nourriture. Le chien lui avait montré de nombreuses fois que son flair était très utile, il ne se trompait jamais d'ailleurs. C'est pourquoi le jeune homme se tenait derrière lui, à observer les lieux. Ils ne venaient pas souvent  et pour cause : cette zone n'était pas très habitée, il n'y avait rien à faire, Connor était donc assez surpris d'arriver dans cette endroit. Il leva les yeux vers le ciel et vit que les nuages couvraient progressivement le ciel, il faisait de plus en plus sombre. Il commençait à craindre un orage, s'il se mettait à pleuvoir ils seraient trop loin pour rentrer sec, et ses vêtements mettraient du temps à sécher, pour le peu qu'il y ait de la gadoue, ils rentreraient tous les deux crades comme pas possible.
    M'enfin, il continua sa route, et soudainement Aïko se stoppa, le regard posé sur un terrain vague en face d'eux, et où on discernait une forme... étrange. Quatre pattes, et c'était grand, très grand. Il fit signe au chien de rester là où il était et surtout de ne faire aucun bruit, un aboiement et c'était fini, le cheval serait parti. Parce que oui, ça venait de faire tilt dans la tête du garçon : cet animal était un cheval qui appartenait sûrement au cirque. Donc dressé et entraîné. Il paraissait maigre, mais par rapport à d'autres animaux qu'il avait vu dans la ville ce n'était pas si horrible que ça. Il tenait debout, et on ne doutait pas qu'il puisse se mettre à galoper s'il ressentait la présence du jeune homme comme une menace. Connor arracha deux branches de l'arbre qui était à côté de lui. Dès qu'il avait compris, il s'était demandé ce que ça faisait de monter à cheval, d'aller plus vite que n'importe qui de cette ville sachant que les voitures ne fonctionnaient que s'ils restaient de l'essence. Ce qui était probable, mais désormais on utilisait plus ses pieds que le reste. Alors, équipé de ses deux branches d'arbre, le jeune homme avançait lentement vers le grand cheval noir. Il avait du mal à imaginer un spectacle de cirque avec ces animaux. Un spectacle de cirque tout court, en fait puisqu'il n'avait jamais mis un pied dans un de ces endroits. Il n'en voyait même pas l'intérêt. À pas de velours et avec précaution, il s'approcha de l'étalon qui mangeait tranquillement de l'herbe. Il tendit ses deux branches en faisant un bruit avec sa bouche, d'après ce qu'il savait, les cavaliers le faisaient pour les interpeller, ce qui marchait puisque le cheval releva la tête pour le regarder. Il eut l'impression que le cheval soupirait de ses naseaux où se trouvait la seule tâche blanche de tout son corps, mais il ne bougea pas. Normalement depuis le temps, il aurait dû redevenir sauvage, c'était surprenant. Il continua à avancer progressivement, lentement, et une fois devant le grand animal tendit ses feuilles. Ils passèrent quelques secondes à se fixer, sans qu'aucun ne cille, Connor ne savait pas comment réagir, il voulut donc l'approcher, une main levée vers lui, il hésitait. Ce n'était pas tous les jours qu'on essayait de monter sur un cheval sans avoir d'entraînement, ce n'était pas tous les jours qu'il approchait un cheval tout court. Le cheval souffla en tapant du sabot au sol. Connor se décida : il agrippa sa crinière noire et sauta sur le dos de la bête, en se retenant fermement pour ne pas glisser de l'autre côté (ce qui serait assez ridicule, il faut bien l'avouer). Mais tout ne se passa pas vraiment comme prévu : l'animal se mit à hennir soudainement, et à bouger dans tous les sens.

    - Oh oh, calme-toi ! tenta-t-il d'une voix qu'il désirait douce en lui tapant sur l'encolure.

    De nouveau, le cheval commença à ruer brusquement, en hennissant régulièrement. Connor serrait les jambes et se retenait fermement à la crinière du cheval. En fin de compte, ce n'était pas une bonne idée, vraiment pas. Du surplace on passa un galop, Connor se cramponnait comme il le pouvait, mais sans étrier, selle ou rênes, il glissait horriblement, et il commençait à sentir ses cuisses, pas du tout habituées à un tel mouvement, le lui dire méchamment. C'est pourquoi au bout d'un certain moment sa prise faiblit, et ses mains glissèrent, le cheval n'eut alors plus à faire aucun effort pour le désarçonner de son dos. Le jeune homme voulut se rattraper sur ses pieds dans un élan désespéré pour éviter d'avoir la tête dans la terre, mais sous le choc elle craqua et il se retrouva à rouler au sol en pleine terre, son poignet frappa avec force une barre de fer qui se trouvait à moitié enterrée dans le sol. Au moins il n'avait pas eu droit au crottin de cheval dans le visage, il pouvait s'estimer heureux. Une fois totalement arrêté, il s'assit à même le sol, en insultant ce cheval, jurant contre le ciel et le terre, et en se tenant le poignet où un bel hématome bleuissait déjà. Une ligne droit rouge se dessinait sur son bras, il grimaça. Sa cheville... Pitié qu'elle ne soit pas cassée, ça serait le pompon. Il allait relever le bas de son pantalon pour voir sa cheville, lorsqu'un poids plein de poil lui tomba subitement dessus. Il sentit la bave caractéristique d'Aïko sur son visage, et ne pût s'empêcher de rire, malgré l'envie de le faire dégager de là. Le chien ne cessa de le lécher que lorsque Connor le repoussa doucement de sa main intacte.

    - Va falloir bouger, on peut pas rester dans une zone aussi dégagée.

    Je suis une proie facile en ce moment. Le chien s'éloigna, Connor jeta un rapide coup d’œil à sa cheville enflée. Bon, il verra ça une fois rentré, pour le moment ils devaient bouger. Il se mit sur ses deux jambes... Non, en fait il ne se mit que sur une seule jambe puisque l'autre était un peu hors-service, il déposait à peine la pointe de son pieds et faisait tout pour ne pas trop s'appuyer dessus, sinon il grimaçait immédiatement. Cahin-caha et le bras replié contre lui-même, il se tourna une dernière fois pour regarder le cheval sombre, qui se tenait maintenant à l'opposé d'eux, et les ignorait. Il se fit la promesse qu'un de ces jours il tiendrait sur un cheval, même s'il finissait tout cassé à la fin. Si celui-ci était redevenu sauvage avec ces années, d'autres le seraient peut-être moins.
    Connor quitta le terrain-vague, pensif, et surtout anxieux pour sa survie dans son état. Il allait devoir traverser toute la ville, il ne savait pas s'il en aurait le courage ou les capacités. Bon, il n'avait pas trop le choix, il n'allait pas s'effondrer ici pour si peu.
    Suivi de près par Aïko, le jeune homme s'aventura dans les rues dépeuplées (enfin, plus dépeuplées... Moins passantes encore que le reste) en espérant n'y croiser personne. Le plus à l'ombre possible, voulant passer dans les petits endroits où il ne risquait de croiser personne. Par contre, il ne se rendit compte que trop tard qu'il devait traverser la rue, et donc se faire voir pour aller du côté opposé. Merde. Bon, pour le moment il n'y avait aucun bruit, le silence était total, alors avec un peu de chance...
    Connor jeta un coup d’œil à droite, puis à gauche, comme pour traverser une route, avec méfiance, et se risqua à mettre un pied en dehors de l'ombre. Personne. Il continua d'avancer le plus rapidement, en boitant, le bras toujours replié contre lui-même, en grimaçant de temps à autre lorsque son pied s'appuyait trop fort sur le béton. Et alors qu'il était à deux pas d'être de nouveau caché, une voix rauque, à sa droite, lui fit brusquement tourner la tête.

    - On s'est perdu dans les mauvais quartiers petit ..?

    Connor serra le poing de sa main libre, et se retourna lentement vers un groupe de quatre gosses, composé de trois garçons et une fille, âgés d'environ quinze ou seize ans. Celui qui lui avait parlé faisait au moins une tête de plus que lui, et à part un des garçons blond bien gringalet et petit, tous étaient plus grands. Fallait dire qu'il n'était pas impressionnant par sa taille, lui non plus. Le jeune homme fonça les sourcils, silencieux. Aïko grognait à côté de lui, face à cette menace inconnue. En temps normal, Connor aurait sûrement pu se défaire de ce détail gênant qu'était ce groupe de solitaire, et dans le pire des cas les semer dans ces rues, mais là, c'était juste impossible, pas avec sa cheville, ni son poignet.

    - Aïko, va chercher quelqu'un, vas-y !

    Le chien jappa et s'enfuit en courant à l'ordre de son maître.

    - Rattrape ce clebs Axel !

    C'était le blond maigre, il devait être le plus rapide, qui hocha la tête, et partit en courant dans la direction d'Aïko. Connor eut un sourire sarcastique. Jamais ce gosse n'arriverait à le rattraper, ce chien connaissait ces rues, elles avaient été sa maison, le gamin allait se perdre au bout de trois tournants et le problème serait réglé. Ils étaient peut-être supérieurs en nombre, mais l'intelligence semblait plutôt leur manquer. Le costaud tourna un regard brûlant vers lui, sûrement en comprenant la situation. D'un pas menaçant il lui attrapa la chemise, en vociférant :

    - Tu te crois malin ? On va te faire la peau.

    Connor lui lança un regard comme "vas-y, montre moi voir, tiens" avant de lui donner un grand coup de genou dans le ventre, et d'utiliser sa main intacte pour le toucher au visage. Le colosse le lâcha, et recula en l'insultant de tous les noms, mais il en profita pour sortir sa lance, qu'il pointa en direction du groupe. Il était acculé, mais le premier qui approchait, il l'embrochait. Et c'est dans cette position peu pratique qu'il se mit à prier pour que soit Aïko revienne en leur sautant dessus par surprise, soit arrive à faire rappliquer quelqu'un qui pourrait l'aider.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Mar 2 Aoû - 10:25
Invité
Cela faisait maintenant quelques temps que Yumiko vivait avec ce groupe autoproclamé les Zonards. Elle trouvait se surnom ridicule, mais il avait l'avantage de faire réfléchir les autres quand ils vous cherchaient la pouille. Glisser innocemment ce nom dans la conversation et une fois sur deux, les gens déguerpissaient sans demander leur reste. Ceci dit, l'adolescente n'était pas contre une bonne baston de temps en temps et ne se cachait guère derrière son groupe. On pouvait dire qu'elle participait à sa façon à la renommé de sa faction. Sa démarche altière, son air hautin, son uniforme parfaitement propre et repassé sans compter son fameux katana qui ne la quittait jamais, elle en faisait des efforts pour soigner son apparence et qu'on la reconnaisse facilement. Même chez les Zonards, "Mademoiselle" avait une sacré réputation. Certain parleront d'une teigne et d'une peste sans nom. D'autres préféreront parler d'une combattante hors paire qui était là pour protéger son territoire et sa faction lors des coups durs. Mais d'aucun ne vous parlera de son esprit chevaleresque ou de sa générosité, avec l'ancienne lycéenne tout avait un prix. Il n'était donc pas étonnant de constater qu'elle avait réussit à constituer une sorte de cours autour d'elle. Parfois, les gens avait besoin de quelqu'un pour les guider et "Mademoiselle" était du genre à prendre ce genre de rôle très au sérieux. Certes, ses fidèles se comptaient sur les doigts de la main, mais c'était un bon début. Avec ironie, certain les appelait le club des cinq, comme si cette analogie avec une sérié romancée de piètre qualité avait lieu. Bien qu'elle ne les ait pas choisi, ils avaient tous des qualités bien utiles. Il y avait la fouine qui savait tous ce qui se passait en ville et aux alentours, puis il savait aussi où trouver les choses, un peu comme s'il avait un sixième sens pour le guider. Sinon, Missy était une adolescente effacée qui avait le bon goût d'être une bonne femme d'intérieur. Avec elle, "Mademoiselle" pouvait compter sur une garde robe parfaitement propre et repassée et puis elle savait superbement bien faire la cuisine. Yumiko adorait cette adolescente, certes pas très utile en cas de baston, mais formidablement douée pour tenir une maison. Elle avait trouvé son nouveau major d'homme. Puis il y avait Casanova et Barracuda, tous deux des débrouillards de première plutôt bon en combat. L'un se prenait pour un dragueur première catégorie, l'autre avait tout misé sur ses muscles. Dans tous les cas, les deux faisait la paire dès qu'il fallait passer à l'action et rentrer dans le lard. La rumeur voulait que le tandem avait déjà trucidé sept adultes.

Cependant, ce matin là, "Mademoiselle" avait décidé d'aller faire un tour en solo au grand désarrois de Missy qui craignait pour la sécurité de l'ancienne lycéenne. En quittant le logement du petit groupe, l'adolescente lança un regard menaçant vers le ciel, comme pour l'invectivé et lui dire de ne pas se dégrader plus que ça. La grisaille environnante semblait vouloir continuer à se détériorer pour virer à l'orage. Pas grave ! Yumiko avait envie de se dégourdir les jambes et quoi de mieux que d'aller faire un tour vers son ancien domaine. Puis, pourquoi ne pas trouver deux ou trois babioles à rapporter au QG du groupe. Elle se doutait bien que des vandales avaient dû piller sa demeure et qu'elle ne trouverait plus grand-chose d'utile, mais ça valait le coup de tenter l'aventure. L'ancienne lycéenne n'avait pas peur de passer par des territoires ennemis. Même si elle ne donnait pas cette impression, l'adolescente savait se faire discrète et une bonne baston ne lui faisait pas peur. D'ailleurs, souvent c'était elle qui cherchait les embrouilles, mais de manière bien subtile afin de toujours garder le rôle de "gentille" dans l'histoire. Alors, d'un pas décidé, elle quitta son repère pour l'inconnu en direction de la riche zone résidentielle. En chemin, elle croisa quelques Zonards qui la saluèrent pour la forme et leur répondit avec un radieux sourire pour les apparences. Elle croisa aussi quelques solitaires dans des zones "libres", mais il n'y eu aucune confrontation. Ils n'étaient pas assez bête pour s'en prendre à elle, puis de son côté, l'adolescente se disait qu'il ne fallait pas se mettre tout le monde à dos. Quelques civilités échangées plus tard, elle était de nouveau en route en direction de son objectif. Rapidement, elle comprit qu'elle venait de passer en territoire ennemis. Les murs portaient les stigmates de dégradations que certain qualifieraient d'artistiques. Des graffitis montraient clairement que l'on était sur le terrain de jeu d'un petit groupe de jeunes reconnu pour être particulièrement violent avec les "étrangers". Elle ne les connaissait que de réputation, mais était relativement curieuse de voir de quoi ils étaient vraiment capables. Ceci dit, par pure précaution, "Mademoiselle" décida de passer en mode ninja pour éviter toute mauvaises surprises. Cela faisait maintenant un bon quart d'heure qu'elle marchait quand elle fut interceptée par un chien. Un gros chien roux et blanc, un akita inu, une sorte de chien de chasse typiquement japonais. L'adolescente craqua immédiatement pour l'animal qui semblait tout frétillant. Alors qu'elle allait retirer son sac à dos pour fouiller dedans et donner un truc au chien, un gringalet blond déboula peu de temps après tout essoufflé. Un échange de regard et il détalla rapidement. Comprenant le danger que cela représentait, elle se lança à la poursuite de l’importun. Le chien se mit à japper et se mit à courir à côté de Yumiko. Apparemment, elle faisait exactement ce qu'il voulait. Avait-il un maître en danger ? Pas la peine de se poser ce genre de question, car avant ça, il fallait rattraper la trouillard de compétition avant qu'ils ne prévienne ses copains. D'ailleurs, elle pouvait constater avec plaisir que le blondinet perdait inexorablement du terrain et elle accéléra sa cadence pour tenter de le rattraper plus vite encore. Finalement, la course poursuite déboucha sur une large rue et le chien se dirigea vers un jeune homme brun de petit taille qui semblait en bien mauvaise posture. Pendant se temps, elle remarqua que sa proie alla chercher refuge auprès du groupe de délinquants qui tentait de faire du mal au maître du chien. Son katana bien attaché dans le dos, Yumiko s'arrêta un instant histoire de remettre de l'ordre dans sa tenue vestimentaire et sa coiffure. Cela fait, elle se dirigea d'un pas lent et majestueux vers les protagonistes de cette tragique confrontation. Celui qui semblait être le chef des malandrins cracha en direction de l'ancienne lycéenne sur un ton agressif quelques insultes pas piquées des vers.

- Chef des malandrins: Qu'est-ce qu'elle fout là la rupin ? Axel, c'est quoi ce bordel ?

Elle inclina légèrement la tête sur la gauche devant les mots de son interlocuteur. Le monde se barrait en cacahuète, mais presque rien n'avait changé. Les idiots restaient les même, ils usaient de la violence verbales pour intimider les faibles d'esprits. Cette idée fit se dessiner un léger sourire au coin des lèvres de "Mademoiselle" qui se régalait à l'avance de ce qui allait arriver. D'un simple geste, elle fit pivoter son katana dans son dos pour qu'il se retrouve à la perpendiculaire d'elle. De la sorte, il était bien visible et surtout plus facile à dégainer.

- Yumiko Tatsuma: Je suis là, car j'ai à faire dans le quartier. Puis elle regarda le fameux Axel. Belle course petit, mais tu n'étais pas assez rapide pour m'échapper. A ta décharge, tu étais un peu fatigué. Cela a dû jouer dans le fait que tu n'arrives pas à me semer. Puis, elle regarda de nouveau le chef des malandrins avec un large et franc sourire. De toute façon, cela n'aurait servit à rien, car le chien m'aurait mené ici.

- Chef des malandrins: Putain ! ! ! Mais pour elle se prend la pétasse ? Il regarda ses gars avec un sourire torve. On va se la faire elle aussi. On ne vient pas sur notre territoire impunément.

Les autres acquiescèrent en opinant du chef devant la harangue de leur leader. Yumiko et le jeune homme brun allait devoir faire face à trois brutes et demi. Elle ne compatit pas vraiment Axel dans le lot, car il était quelque peu fatigué de sa course et un peu rachitique. Trop pour vraiment avoir un impact sur un combat de rue comme celui qui allait venir. Avant que les choses sérieuses ne commencent, l'adolescente prit le temps de se présenter à son camarade d'infortune.

- Yumiko Tatsuma: Je suis "Mademoiselle" et toi ? Elle marqua une légère pause en regardant le chien avant de rediriger son attention vers le petit brun. Tu as un compagnon bien sympathique l'ami.

Un dernier petit coups d’œil en direction du chien avec un tendre sourire avant de se concentrer sur le combat à venir. En regardant ses adversaires du jour, son sourire avait disparu un masque de froideur avait prit sa place. On pouvait lire la concentration de la combattante qui attendait le gong de début de combat pour sauter au cou de son adversaire. Pour se battre, elle avait décidé de se servir de son katana, mais de ne pas le dégainer. Il resterait au fourreau pour le moment. Avec une main, elle avait défait le nœud qui maintenait la cordelette en place et qui faisait tenir le katana dans le dos. Elle était prête à combattre si les autres ne se ravisaient pas. D'ailleurs, elle leur ferait la fête même s'ils ne voulaient pas combattre, juste pour leur donner une leçon. Juste pour qu'ils sachent que l'on ne parlait pas de la sorte à "Mademoiselle".
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : Laisse-moi crever dans cet enfer une bonne fois pour toute.
Liens : Retrouve mon l'histoire, mes connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Oseras-tu ? (8
Groupe : Solitaires
Messages : 102
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Aoû - 14:24
Connor resta concentré sur les trois gosses en face de lui, même en entendant le cliquetis de griffes qui ne pouvait n'être que de Aïko. Ils savaient déjà qu'il revenait : le prénommé Axel venait de rappliquer, toujours en courant, se remettre dans la bande avec un air dépité, et suivit de près par une jeune fille habillée d'une tenue... comment dire ..? Chic ? Plus d'actualité maintenant que la grippe avait ravagé le monde ? Elle contrastait étrangement dans ce monde, rien que là, dans une rue sombre, défraîchie, avec autour d'elle une bande de gamins qui témoignaient de l'anarchie de leur nouvelle vie et elle, parfaitement coiffée, dans une tenue impeccable. Comment faisait-elle ..? Rien que la terre, la poussière ou les détritus de la ville... Et avec la course pour parvenir ici... Quoi qu'il en soit, elle possédait, accroché dans son dos, un katana impressionnant, digne des plus grands films (quand on en faisait encore, ce qui n'était donc plus d'actualité mais passons), dt sa posture intimidante fit un choc aux vandales, qui ne s'attendaient sûrement pas à ce que le chien ramène bel et bien quelqu'un. Même le jeune homme avait quelques difficultés à y croire, mais elle était vraiment là, en face d'eux donc... Connor eut l'intention de profiter du moment de stupéfaction de groupe pour en mettre un KO, mais l'inconnue prit la parole en réponse au colosse. Tout dans sa posture montrait qu'elle voulait impressionner, être crainte. Grâce à son arme essentiellement, et tout le spectacle qui allait avec, sa dégaine, l'expression, ou plutôt le manque d'expression sur son visage, faites pour intimider les plus faibles. Le jeune homme aperçut du coin de l'oeil le petit gringalet déglutir, peu rassuré. Au moins son entrée faisait de l'effet. Il baissa les yeux en sentant le poil d'Aïko glisser contre ses vêtements, son fidèle compagnon venait de se ranger à ses côtés, les crocs sortis, les muscles tendus, tout en grognant pour empêcher quiconque essayerait de l'approcher. Il le félicita d'une caresse sur la tête, et en esquissant un léger sourire. Qu'est-ce qu'il deviendrait sans ce chien, franchement. Il serait mort au moins quatre fois en trois mois, voire plus depuis le début de la fin.
Face à la hargne que montrait la bande en réponse à la jeune fille, Connor crut que l'un allait sauter sur l'autre, mais alors que la tension semblait être montée à son paroxysme, la jeune fille coupa soudainement court pour lui demander comment il s'appelait. Il mit un temps conséquent à comprendre que de un : c'était bien à lui qu'elle causait, et que de deux : elle lui demandait ça, maintenant, c'était totalement incongru ! Il la dévisagea, étonné. Et doutait, aussi. Dire son nom face à des ennemis, c'était mettre sa tête sur une affiche qui clignotait en disant "Tuez-moi ! Je suis celui que vous cherchez !". Il était évident, aussi, que Connor ne pouvait pas rester discret, qu'un jour ou l'autre il se trouverait forcément un ennemi qui se mettrait sur son dos. C'était juste pas le bon moment, là, ils ne pouvaient pas partir et revenir dans disons... Quelques semaines ..? Le jeune homme serra les dents.

- Connor, et lui c'est Aïko, fit-il en désignant le chien du menton.

Le colosse haussa un sourcil en les dévisageant tous les deux.

- ça va, on vous gêne pas dans vos présentations ..?

Le jeune brun eut une grimace de douleur en s'appuyant sur sa cheville, dans son mouvement il n'avait pas eu le choix, et donna un violent coup de pied derrière le genou du colosse, alors qu'il se baissait, Connor le frappa avec force à la nuque grâce au manche de sa lance. Le chef tomba. Tout ça s'était passé très rapidement, et il s'était déjà retourné, en pointant sa lance sur un des garçons qui avait voulu le prendre par derrière, bloqué par Aïko qui se tenait juste à ses pieds, de manière à bloquer l'individu.

- Fais-toi plaisir, siffla t-il à l'intention de l'inconnue.

Il tenait désormais le colosse sous le menton, tout en grimaçant comme il utilisait sa main qui s'était blessée, un couteau qu'il avait sorti d'un geste habile s'était logé juste sous la glotte, bloquant tout mouvement de la part du meneur, à moins qu'il ait réellement envie de risquer de s'entailler le cou.

- C'est pas parce que je suis un peu casé, que je suis inoffensif, susurra t-il à son oreille d'un ton menaçant.

Il savait faire abstraction de la douleur, du moins suffisamment longtemps pour lui faire peur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Mar 2 Aoû - 15:50
Invité
Le temps avait suspendu son vol. Tout le monde semblait effaré de voir l'ancienne lycéenne se présenter. Ce n'était pas comme si elle donnait des informations primordiales. Surtout qu'elle ne se contentait que de donner son surnom. Dans cette vie, personne ne connaissait la véritable identité de l'adolescente. Le petit brun mit du temps avant de comprendre que c'était à lui qu'elle s'adressait et il semblait avoir quelques réticences à se présenter à son tour. Elle allait lui dire que s'il voulait garder cela secret pour le moment, elle pouvait le comprendre, mais que ce n'était que partie remise. Finalement, serrant les dents comme pour retenir malgré lui ses mots, il lâcha son nom et celui du chien. La tension de la situation était à son comble et rien ne semblait la faire redescendre. Puis, le malandrin en chef s'énerva contre les deux zonards. Comme s'il y avait besoin de faire monter la sauce.

- Chef des malandrins: Ça va, on vous gêne pas dans vos présentations ..?

Devant la rétorque du molosse, Yumiko arqua un sourcil, seul signe d'une expression sur son masque de froideur. La surprise fut autant la sienne que celle des délinquants qui leur faisait face. Le dénommé Connor avait décidé de passer à l'attaque et de s'en prendre à la montagne de muscle. Il frappa au niveau du genoux. Bonne idée, car plus c'était gros et plus ça tombait de haut quand le genoux lâchait. Pour achever son premier mouvement offensif, il asséna un grand coup dans le dos avec le manche de sa lance improvisée. L'un des morfalous tenta bien de réagir pour aider son chef, mais il fut intercepté par le chien qui se montrait particulièrement agressif. Puis, il se retrouva avec la lame de la lance sous le nez afin de la tenir en respect. Dans la foulée et dans le but de maintenir le molosse sous contrôle, le petit brun dégaina un couteau qu'il alla placer prestement sous la gorge du chef. Deux de tenu en respect. Cela s'était passé si rapidement que les deux n'avait pas eu le temps d'esquisser le moindre mouvement quelque peu méduser de constater la déroute de leurs potes. "Mademoiselle" en profita pour passer à l'action à son tour. D'ailleurs, elle avait vaguement entendu son compagnon  d'infortune lui dire de bien s'amuser ou un truc dans le genre. A vrai dire, elle n'avait pas prêté plus que cela attention aux dires du petit brun. D'un rapide mouvement vers l'avant, elle porta une estocade au niveau du ventre de la demoiselle du groupe. Puis, aussi vive que l'éclair, Yumiko leva son katana toujours au fourreau au-dessus de sa tête pour l'abattre sur la gamine qui était coupée en deux par la première attaque. Le katana s’abattit avec une certaine violence sur le dos de la jeune fille qui s'écroula sur le sol. Dans la foulée, "Mademoiselle" porta une attaque latérale qui frappa le blondinet au niveau du visage. Axel se retrouva sur le cul en se tenant le visage douloureux et quelque peu surpris par la célérité de l'attaque de l'adolescente. Du coin de l’œil, Yumiko pouvait voir la tentative de la jeune fille pour se relever. L'ancienne lycéenne se plaça à côté de la gamine et lui asséna un violent coup de pied dans les côte pour lui faire comprendre de ne pas bouger. Elle répéta l'attaque deux ou trois fois pour être certaine qu'elle avait bien retenue la leçon. Son regard se posa sur le blondinet qui se trouvait encore assis par terre. Le regard acier de l'adolescente était particulièrement dure et ne laisser pas de doute quand à sa détermination à donner une bonne leçon aux malandrins. Glacé jusqu'au sang, Axel s'allongea pour montrer qu'il se soumettait. Alors, elle se tourna vers son comparse d'aventure pour voir s'il maîtrisait toujours la situation. En observant bien, il semblait quand même souffrir de la situation. Elle regarda la chef des brutes pour lui dire sur un ton égal et neutre.

- Yumiko Tatsuma: Tu vois, il ne faut pas chercher à ennuyer "Mademoiselle". Sinon, il faut s'attendre quelques menus ennuis.

Comme pour mieux appuyer ses propos, l'adolescente infligea un coup de katana (toujours au fourreau) en pleine face de la dernière brute encore debout. Le jeune homme s'écroula en couinant comme un porc que l'on égorgeait. Dans sa grande mansuétude, elle le rossa de coup de pied afin de ne pas faire de jaloux. Pendant qu'elle avait le dos tourné, le blondinet se releva et détalla rapidement. Le chien aboya bruyamment en remarquant cela. Il était trop tard pour le rattraper. Puis, il y avait encore un malandrin à corriger. Le type qui hurlait à son pote d'aller chercher de l'aide.

- Chef des malandrins: Cours Axel ! Cours et va chercher les autres.

D'un geste doux pour éviter de faire mal au petit brun, elle écarta le couteau de la gorge du molosse pour lui écraser son genoux dans sa face de babouin. Il se roula par terre en se tenant le visage et jurant comme un charretier. Pour seule réponse, il eut le droit de se faire écraser les parties intimes par "Mademoiselle". Elle prit son temps pour que l'information ait le temps de monter jusqu'au cerveau de la brute. La pression du talon était progressive et arracha un long et plaintif crie au molosse. Trois brutes sur les quatre étaient au sol dans un bien mauvais état. Cependant, le blondinet allait certainement revenir avec des renfort. Il valait mieux bouger pour éviter de se retrouver dans une situation délicate. Alors, Yumiko regarda le fameux Connor pour lui proposer de bouger rapidement.

- Yumiko Tatsuma: Je pense que nous en avons finit ici, non ? Il serait peut-être temps de bouger. Puis en le regardant. Tu peux marcher ? L'idée de devoir lui servie de béquille ennuyait grandement l'ancienne lycéenne. Dis, tu peux marcher ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : Laisse-moi crever dans cet enfer une bonne fois pour toute.
Liens : Retrouve mon l'histoire, mes connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Oseras-tu ? (8
Groupe : Solitaires
Messages : 102
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 2 Sep - 17:41

    Connor regarde avec un mélange de stupéfaction, et de… de sérieux ? En même temps il n'en revenait pas de la violence dont elle venait de faire preuve à l'encontre des gamins (il se savait pareil, mais lui et elle, aucun doute qu'il était différent. Vu sa tenue, il ne se fit pas d'idée : il risquait d'être souvent surpris avec sa compagnie. Tout en retenant le chef du groupe, qui grinçait des dents, et se reprenait à coup sûr de leur hurler des mots tout à fait gratifiants à la figure, en voyant ses "guerriers" mis dans une position de telle faiblesse à cause de deux parfaits inconnus. Mademoiselle revint vers lui, et il déplaça son couteau, tout en reculant un peu, une lueur indescriptible dans les yeux lorsqu'elle roua de coup le meneur de la troupe. Connor ne laissa aller aucune grimace de compassion, pas même un regard pour le reste de la troupe qui se roulait de douleur au sol. Cette jeune fille semblait une farouche adversaire, avec de nombreuses bottes secrètes, et prête à tous les coups bas possibles. Hum… Il se fit la réflexion qu'elle avait juste appris à vivre dan un monde comme le leur, comme ils l'avaient tous fait. Même ces gamins, ils avaient juste eu la malchance, et l'inintelligence de s'attaquer à lui. Le jeune brun laissa un conseil à l'intention de chef de meute, d'une voix sourde et rauque :

    - La prochaine fois que tu m'approches avec ton petit groupe, je serai moi-même moins clément, et je serai même intacte…

    Il se retourna vers Mademoiselle, Aïko gardant un œil malveillant sur le garçon qui essayait avec difficulté de se relever, et pour toute réponse il lança un regard désobligeant signifiant que, bien évidemment il allait savoir marcher. Il ne dépendait de personne, et ça ne changerait pas. La seule chose qui allait l'aider était sa lance s'il avait besoin de quelque chose. Et puis, de toute façon, la jeune fille ne semblait pas encline à faire un mouvement pour un quelconque nouvel aide. Elle reposa sa question, et il lui répondit brusquement :

    - Mais oui je peux marcher !

    Même s'il n'en menait pas large et qu'il avait l'impression que son poignet avait doublé de volume, et dès qu'il posa sa cheville au sol, il sentait ses lèvres se crisper sans son autorisation. Mais non, hors de question de râler, de se plaindre, ou je ne sais quoi, il allait tenir le temps qu'il pouvait comme toujours. Il siffla, et les oreilles d'Aïko se dressèrent en deux triangles sur sa tête, et il se retourna vers son maître, la langue pendante. Mademoiselle laissa entendre quelque chose d'assez logique : ils avaient intérêt à vite filer avant que l'autre gamin ne revienne avec de potentiels nouvelles personnes qui leur mettrait des bâtons dans les roues. Connor lança un dernier regard mauvais vers le meneur des gamins, avant de s'avancer vers Mademoiselle.

    - T'as un endroit où aller, enfin, je veux dire, où ils ne pourraient pas nous suivre ? Par mesure de sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Ven 16 Sep - 23:09
Invité
Bien qu'il soutenait mordicus qu'il allait pouvoir marcher sans problème, les grimaces qu'il faisait racontaient le contraire. Cependant, l'adolescente brune n'était pas encline à donner un coup de main à son camarade d'aventure. D'un simple sifflement, le jeune homme rappela son chien et les deux adolescents commencèrent à marcher en direction du centre ville. Ceci dit, ce n'était qu'une diversion, car l'ancienne lycéenne ne voulait pas montrer aux gredins qui se roulaient de douleur sur le sol son véritable objectif. Puis, comme elle se trimballait un éclopé, il était peu probable de pouvoir rejoindre le centre-ville et le territoire des zonards à temps tout en évitant une nouvelle confrontation certainement plus musclée et difficile avec les copains des vaincus. D'ailleurs, le fameux Connor avait la même chose en tête et s'enquit de ce que "Mademoiselle" avait en tête. Le doigt sur le bouche, elle se contenta d'un énigmatique CHUT en guise de réponse. D'un simple signe de la tête, elle invita son compagnon de combat à la suivre sans rien dire pour le moment. Elle forçait un peu le pas même si elle savait que la situation devait être inconfortable pour l'adolescent au chien. Après quelques minutes de marches et quelques détours dans les ruelles du coin en faisant attention à ne pas laisser de traces trop évidentes, elle se mit à parler à Connor.

- Yumiko Tatsuma: Oui, j'ai bien une idée, mais cela va nous forcer à nous enfoncer plus profondément dans le territoire de ces idiots. Elle marqua une légère pause et esquissa un énigmatique sourire. Ceci dit, ce n'est pas bien loin d'ici et on y trouvera un endroit tranquille pour s'y cacher le temps que "ça" passe.

Après les quelques détours effectués depuis une dizaine de minutes, l'adolescente mit le cap sur le cœur du quartier résidentiel. L'endroit où l'on pouvait trouve un grand parc ainsi qu'un vieux temple bouddhiste et quelques maisons bourgeoises. Tout en marchant, la brunette faisait bien attention à tous les bruits alentour afin de ne pas tomber par hasard sur les copains des butors qu'ils avaient rossé quelques instants plutôt. Ce genre de petit jeu de cache-cache n'était pas le passe-temps favoris de la demoiselle, mais elle devait faire contre mauvaise fortune on cœur, car l'état du jeune homme qui l'accompagnait interdisait toute mauvaise rencontre à nouveau. Il n'était pas vraiment en état de se battre avec efficacité et encore moins de fuir avec célérité. Donc, il fallait se la jouer ninja et éviter les écueils pour rejoindre le refuge qu'elle avait ciblé. Au loin, on pouvait entendre des gamins vociférer. Il était plutôt clair qu'il valait mieux éviter de tomber nez-à-nez avec ces garnements pour le moment. "Mademoiselle" marquait par moment des pause afin de permettre à l'éclopé de se reposer un peu pendant qu'elle faisait semblant d'observer le coin afin de s'assurer que la voie était libre. Par moment, elle agrémentait sa pause en buvant une gorgée d'eau de la bouteille qu'elle avait dans son sac. La première fois, l'ancienne lycéenne ne fit pas attention et ne proposa pas à Connor de l'eau, mais la fois suivante, elle rectifia l'oublie.

- Yumiko Tatsuma: Tu en veux ? Elle regarda le chien avant de rajouter. Et toi ? Tu en veux ? Elle retira de son sac une sort de récipient métallique pour y verser un peu d'eau. Je pense qu'à partir de maintenant, ça va commencer à être plus difficile d'avancer sans se faire repérer. Elle fit une moue songeuse. Je pense que l'on devrait contourner cette place en passant par le parc qui se trouve un peu plus loin. Dit-elle en indiquant une direction et une position lointaine que l'on ne pouvait que deviner pour le moment. Cela va nous rallonger un peu le trajet, mais cela sera plus sûr. On pourra se servir du couvert de la végétation pour se cacher des yeux indiscrets de ces imbéciles.

Apparemment, l'adolescente n'avait que très peu d'estime pour les jeunes gens qui les avaient agressé. Plus largement, elle avait assez peu d'estime pour les gens qu'elle ne connaissait pas un minimum et Connor avait la chance de s'être trouvé dans son camp. C'était pour cela qu'elle l'aidait. Cependant, en ce qui le concernait, elle n'avait pas arrêté son avis. La délibération était suspendue au fait de ne plus être en "danger".
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James)
» Au mauvais endroit, au mauvais moment. [Ft. Keith]
» Au mauvais endroit au mauvais moment [Shin-Il&Dong Sun]
» (flashback) Au mauvais endroit...au bon moment [Pv Lyra]
» Au mauvais endroit au mauvais moment (May)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Doreodan
 :: Doreodan :: Le quartier
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit