:: 
Partage & détente
 :: Les archives :: RP abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The last of us // Yumiko

Invité
Invité
avatar
avatar
Sam 20 Aoû - 11:35
Invité


 

 
The last of us

 
Where are you now?
Another dream
The monster's running wild inside of me
I'm faded
I'm faded
So lost, I'm faded


 Une nuit de plus passée, un jour de plus entamée. J’aimerais me dire que tout ceci n’est qu’un affreux cauchemar. Que ce n’est pas vraiment vrai, pas totalement. J’aimerais me bercer de cette douce illusion. Le scénario s’y prête : une épidémie qui ne touche que les adultes, c’est presque trop grossier pour être réel. Tout juste bon pour une mauvaise série adolescente. Une série qui ne serait qu’un prétexte pour montrer des donzelles en culotte se battre pour la dernière canette de Pepsi dans un monde décrépi. Quel scénario incroyable !

Et pourtant, c’est la triste réalité. Il reste encore des canettes de soda, mais la maladie est bien réelle. Elle a décimé pour de vrai. Mes parents… ça me tue d’y penser. Mon frère si loin de moi. Je suis seule dans un pays étranger. Je ne dois pas pleurer. Il faut que je sois forte. Pour mes parents, pour mon frère. En tout cas, j’essaye. J’attends la nuit tombée pour pleurer. Quand personne ne me regarde. Encore que, il n’y a plus grand monde ici. Dans cette école. Partir en voyage scolaire et finir coincée dans une école… École dans laquelle les vivres commencent à sérieusement se réduire.

Plus le temps passe et le cauchemar avance, moins les autres enfants restent. Ma meilleure amie étant restée en Allemagne, je ne m’en retrouve que de plus en plus livrée à moi-même. J’ai le sentiment qu’il faut que je sorte, que je me reprenne. Il faut que je me mette une baffe et que j’aille de l’avant. Mais pour aller ? Et faire quoi ? Voilà les grandes questions auxquelles je n’ai toujours pas de réponses et ce n’est pourtant pas faute d’y réfléchir. J’ai peur de ce que je peux trouver dehors : un monde sans règles ni mesures. Un nouveau far west version apocalyptique. Mais je me sens comme un lion en cage ici. Faut que je bouge. J’en ai marre de me terrer.

Scheiße ! Aujourd’hui, je sors. Je ne sais pas pour aller où. Je ne sais pas pour quoi faire. Mais je sors, ça j’en suis certaine. Au pire, je peux toujours revenir. J’enfile le sweat de mon frère, il me donnera du courage. J’attrape mon Eastpack et après avoir planqué ma valise avec le reste des fringues que j’avais pris pour mon voyage. J’ai pas trop envie qu’une fouineuse se serve en mon absence. Je fais quelques pas. Le dortoir qui nous avait été affecté est quasiment désert. J’aurais fait ma couarde jusqu’au bout. J’inspire profondément avant de franchir la porte d’entrée de l’école pour en sortir. Que vais-je trouver dehors ?

A priori rien ou en tout cas, pas grand-chose. L’extérieur est aussi triste que l’intérieur. Je déambule au hasard. Des magasins éventrés, des rues encombrées, des objets abandonnées. Il ne manque plus que le brouillard avec les zombies et ce serait Silent Hill ! Remarque, comme on ne sait rien de l’épidémie, je vais peut-être me faire agresser par un mec muté au Virus T… Il manquerait plus que ça. Une sensation de malaise m’envahit à mesure que je marche dans cette ville inerte. Je m’assoie sur le premier banc qui vient à moi.

Voilà, je suis dehors. Et après ?  



Tenue:
 

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Jeu 25 Aoû - 12:47
Invité
Aujourd'hui, mademoiselle n'avait rien de prévu. Rien à faire. Rien de rien. L'ennui total en perspective et comme elle n'était pas du genre à rester les bras ballant, l'adolescente brune décida de se bouger un peu. Elle se saisit de son inséparable compagnon de promenade, son katana et se mit en descendre avec assurance les marche du logement qui servait de QG à la "bande" des zonards. Les autres étaient certainement en train de vaquer à leurs occupations et cela n'était pas plus mal. De la sorte, l'ancienne lycéenne pourrait faire absolument tout ce qu'elle a envie sans devoir se soucier d'un tierce personne. Aujourd'hui, c'était quartier libre pour elle. L'adolescente quitte le bâtiment et se laissa guider au gré de ses pas par le hasard le plus absolu qui soit. Parfois cela faisait du bien de débrancher le cerveau et laisser les choses suivre son cours. De toute façon que risquait-elle ? Rencontrer d'autres gosses ? Elle était certaine qu'ils ne viendraient pas l'embêter. Après tout, qui oserait venir chercher des noises à Mademoiselle ? En tout cas quelqu'un qui ne serait pas sain d'esprit ou d'ignorant. Elle s'était faite une belle petite réputation de teigne et de bagarreuse. Les autres jeune préféraient l'éviter et quand ils devaient lui parler, ils le faisaient avec de grandes précautions.

Le hasard guida ses pas jusqu'à l'ancien lycée public de la ville. Un bon établissement, mais dont la qualité n'avait absolument rien à voir avec son propre lycée. La belle brune haussa les épaule et continua de marcher en suivant l'air du temps et fredonnant un petit air joyeux. Ses pérégrinations finirent par la conduire vers une petite rue marchande où les vitrines des magasins étaient éventrées. Le temps et le chaos avaient fait leur œuvres. Tout en continuant à avancer, Mademoiselle remarqua une silhouette assise sur un banc. Elle était encore loin, mais poussée par la curiosité, l'adolescente avança tout en continuant à chantonner. En arrivant à la hauteur de la personne, elle découvrit une jeune personne qui devait avoir dans les 12/14 ans. Il était toujours difficile de donner un âge aux gens. Gardant son attitude impériale, Yumiko inclina légèrement la tête devant le spectacle. La tête de cette personne ne lui disait pas grand-chose et elle trouvait étrange de croiser une nouvelle tête dans le coin si longtemps après la pandémie. Finalement, l'ancienne lycéenne ouvrit la conversation.

- Yumiko Tatsuma: Qui es-tu ? Es-tu nouvelle dans le quartier ? Il ne me semble pas t'avoir déjà vu dans le coin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Jeu 8 Sep - 12:20
Invité


 

 
The last of us

 
Where are you now?
Another dream
The monster's running wild inside of me
I'm faded
I'm faded
So lost, I'm faded


 Un soupir. Je contemple le triste spectacle de cette ville. Sortir de l’école ne m’aura pas libéré, j’ai l’impression de me sentir d’autant plus prisonnière. Prisonnière de ce monde qui part en vrille. Et seule, surtout seule. Je pensais que trouver le courage d’aller dehors me soulagera, mais ce n’est pas le cas. Oui je suis dehors, mais le problème reste le même : que faire ? Que faire maintenant. J’imagine que je devrai commencer à trouver des vivres, ce genre de choses. Peut-être des vêtements de rechange quand les miens seront trop abimés. Voire du bois pour me chauffer en hiver. J’aurai dû plus jouer à des jeux de survie !

Le silence finit par être brisé, brisant alors mes doutes intérieurs, j’entends plus loin des bruits de pas et des fredonnements. Des fredonnements joyeux à ce qu’il me semble. Cela parait tellement irréelle dans ce contexte que curieuse, je tourne la tête pour en voir l’origine. Il s’agit d’une fille aux allures asiatiques. Plus vielle que moi, cela ne fait pas de doutes. Un autre détail attire mon attention : son katana. Ça y est, je vais me faire découper en rondelles ! Triste nouvelle.

Plus elle s’avance, plus je trouve qu’elle détonne avec le reste du paysage. Le port altier et l’œil fier, elle avance jusqu’à moi. Certainement aussi intriguée par moi que je le suis d’elle. Pas de « bonjour » ni aucune salutation. Bien, bien. Elle me demande directement qui je suis. Ne sachant pas à quoi m’en tenir, j’arque un sourcil, étonnée. « Klarissa. » Réponse simple, claire, concise. « On va dire ça. J’étais en voyage scolaire quand… c’est arrivé. » Poursuis-je dans un accent allemand que je ne peux cacher. Bon, je ne fais pas beaucoup d’efforts non plus, je l’admets. Ne sachant pas ce qu’elle me veut, je ne précise toutefois pas où je suis restée cachée ces dernières semaines.

Et toi t’es qui ? La gestapo de cette ville moisie ? Je me garde toutefois de formuler à haute voix cette pensée. « Tu te balades toujours avec un katana ? »


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Ven 16 Sep - 23:54
Invité
L'adolescente resta plantée debout devant son interlocutrice en attendant les réponse à son questionnement. Il n'y avait rien de mauvais dans le regarde de la brune et rien d'agressif dans son attitude. Elle était juste quelque peu curieuse de découvrir cette jeune personne qu'elle croisait pour la première fois. Si elle était là, ce devait être une Zonard comme elle et même si "Mademoiselle" ne les connaissait pas tous, elle pouvait se targuer d'en connaître un grand nombre. Cependant, l'ancienne lycéenne aimait bien faire de nouvelles rencontres. La gamine lui répondit avec un fort accent teuton. C'était donc une étrangère et cela se confirma quand la jeune fille confirma qu'elle était ici en voyage scolaire quand tout ce chaos déboula sans prévenir. La première question de l'interlocutrice de la brunette la fit sourire.

- Yumiko Tatsuma: Oui, toujours. Mais je préfère voir ce katana comme un bijou de famille très précieux à mon cœur. Un léger et doux sourire se dessina sur les lèvres de l'adolescente. Certes, c'est une arme qui peut se révéler mortelle, mais beaucoup plus que cela. C'est une partie de mon identité ici.

Cette dernière phrase pouvait paraître quelque peu mystérieuse, mais elle était tellement vrai. Ils étaient plutôt nombreux les gamins du coin capable de la reconnaître juste en voyant sa silhouette au loin et son sabre dans le dos. Elle s'était faite une petite réputation chez les branleurs les plus agressifs. Les pacifistes la connaissaient aussi, mais n'avaient pas fait connaissance avec son expertise du combat. Pour ceux qui ignoraient qui pouvait bien être cette adolescente qui se trimballait en uniforme de lycéenne avec un katana dans le dos, ils avaient le choix de la façon de la découvrir. Par la manière forte ou bien pas la voie "diplomatique". Dans tous les cas, "Mademoiselle" était disposée à se faire connaître.

- Yumiko Tatsuma: Je réitère ma question, tu es nouvelles dans le quartier ? C'est la première fois que je te vois dans le coin depuis le début de ce chaos. Elle marqua un légère pause. Personnellement, je suis de Doreodan. Avant, le coin était plutôt sympa. Maintenant, je dois dire que cette anarchie ambiante est quelques peu exaspérante. Elle regarda son interlocutrice. Tu es coincée ici maintenant. Que comptes-tu faire à présent ? Car il est important de penser à son avenir même si le monde est en lambeau. Après tout l'adage qui dit que le monde appartient aux audacieux est toujours d'actualité. Un large sourire mi-carnassier, mi-joyeux illumina le visage de l'adolescente brune.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Ven 30 Sep - 17:02
Invité


 

 
The last of us

 
Where are you now?
Another dream
The monster's running wild inside of me
I'm faded
I'm faded
So lost, I'm faded


 Ma petite question sur son katana semble amuser la jeune fille qui me fait fasse. Eh bien quoi ? Il faut avouer que c’est peu banal ! Encore que, après cette peste chelou, je pense que plus grand-chose ne peut vraiment m’étonner. Bref. Il semblerait que ce soit un souvenir de famille précieux pour elle. Une asiatique en uniforme scolaire avec un katana, je ne peux décidément pas m’empêcher de trouver ce cliché quelque peu amusant. Si j’avais su, j’aurais amené mon luger ! Troll. « Je vois. » Réponse toujours aussi concise, mais je me fends cette fois d’un sourire pour répondre au sien.  

Manifestement très curieuse de savoir où j’étais tout ce temps, l’asiatique repose sa question. « Si j’te réponds pas, tu vas me découper en petits morceaux ? Plus sérieusement, on peut dire ça. Je suis restée cachée dans l’école jusqu’à aujourd’hui. On devait être rapatrié, mais les profs qui nous accompagnaient sont morts aussi. Donc me voilà bloquée à Raccoon City. » Je ne sais pas si c’est de bon goût de faire de l’humour au vu de la situation, mais bon.

D’après ma vis-à-vis, cette ville n’a pas toujours était si moisie. Ce n’est pas comme si j’en doutais réellement, mais c’est difficile de l’imaginer sans le chaos qui y est aujourd’hui attaché. Elle me demande d’ailleurs ce que je compte faire. Alors ça, c’est la question en or ! Qu’est-ce que je compte faire… Si je le savais, elle ne m’aurait sans doute pas trouvé assise sur un banc en pleine réflexion avec moi-même. J’hausse les épaules en faisant une bouche à l’envers. « Est-ce qu’on peut vraiment penser à un avenir ? » Voilà une question bien philosophique.

« En vrai… » Je réfléchis, est-ce une bonne chose d’avouer être un peu paumée ? Je suppose qu’au pire elle me rira au nez, au mieux elle me donnera deux / trois conseils. Je ne risque pas grand chose à l’avouer. J’espère. « J’sais pas. Si j’me fais pas bouffer par un zombi, j’imagine qu’il faudrait que je cherche des vivres, de quoi chauffer pour l’hiver, trouver d’autres survivants et former un groupe. Ce genre de choses. » Même en avouant ne pas savoir quoi faire, je trouve encore le moyen de plaisanter. Peut-être que mes blagues nulles à base de parallèle vidéo-plus-ou-moins-ludique sont un mécanisme d’auto défense. Ou peut-être que j’ai juste un humour de merde. Hum, c’est sans doute cette possibilité la vérité !

« Et toi, tu fais quoi dans cette folie urbaine ? Tu t’appelles comment, d’ailleurs ? »


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Sam 8 Oct - 12:25
Invité
La jeune rousse était drôle. Enfin, elle faisait par moment des allusions assez pertinentes et rigolotes sur la situation en faisant un parallèle avec des jeux vidéo. Yumiko se fit la réflexion qu'elle devait être un peu geek sur les bords. Cela n'était dérangeant pour l'ancienne lycéenne. Dans les faits, il y avait assez peu de chose qui la dérangeait du moment qu'elle n'en 'était pas la cible.

- Yumiko Tatsuma: Te découper ? Pourquoi ? Ça m'avancerait à quoi ? Je ne suis pas là pour faire du "farming"

A son tour de sortir une référence geek à son interlocutrice. D'ailleurs, cette dernière se mit à faire un peu de philosophie. Étrange personne que cette adolescente. Il fallait bien l'avouer, cette Klarissa intriguait particulièrement "Mademoiselle". De plus, cette gamine faisait preuve d'une certaine franchise assez rafraîchissante en ces temps troublés. L'apocalypse était passé par là, mais il était plaisant de constater que certaines personnes n'avaient pas perdu leur sens de l'humour ni la franchisse que l'on avait lors des jours heureux. L'étrangère avoua ne pas vraiment savoir quoi faire dans ce nouveau monde. Elle était quelque peu perdue, ce qui pouvait se comprendre finalement. Cependant, elle avait bien quelques idées, mais ne semblait pas vraiment par où commencer. D'ailleurs, l'ancienne lycéenne se fit la réflexion qu'elle avait du la couper dans ses pensées ou l'établissement de son plan de survie. Sans perdre son sourire, Yumiko prit une voix sûre pour répondre à la dernière interrogation de son interlocutrice.

- Yumiko Tatsuma: Qui suis-je ? Elle fit mine de réfléchir. Vaste question. Pour faire simple, tout le monde m'appelle "Mademoiselle". Elle inclina un peu la tête sur la gauche tout en répondant à Klarissa. Personnellement, je tente de vivre. Je cherche à voir si on ne peut pas rétablir un semblant d'ordre. Il faut bien avouer que l'on ne pourra pas vivre indéfiniment de la sorte. A un moment on devra bien trouver le moyen de produire de la nourriture, de l'électricité et plein d'autres choses. Pour le moment c'est un peu le chaos et tout le monde fait n'importe quoi. De mon côté, je cherche à garder la tête froide et je m'organise pour ce qui va arriver après. Elle disait cela assez sérieusement malgré un large sourire qui contrastait avec le sérieux de la conversation. Donc, si tu ne sais pas vraiment quoi faire. Tu peux toujours rejoindre notre petit groupe. On est quelques uns à voir plus loin que le bout de son nez. Elle marqua une pause pour prendre un air sérieux et croiser les bras sur sa poitrine. Tu sais qu'ici c'est le territoire des Zonards ? Mais au sein de ce groupe, il existe différentes factions, différents courants de pensées ... donc à toi de voir ce que tu comptes faire à l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Ven 14 Oct - 12:25
Invité


 

 
The last of us

 
Where are you now?
Another dream
The monster's running wild inside of me
I'm faded
I'm faded
So lost, I'm faded


 La jeune fille, que l’on pourrait croire sortie de Sucker Punch, ne semble pas offusqué par mes petites blagues nulles à base de jeux vidéo apocalyptiques. Elle se paye même le luxe de rebondir ! Me voilà ainsi qualifié de farm. Oh, c’est pas très très gentil ça. Je suppose toutefois que cela ne serait pas totalement faux. Je me contente de sourire, amusée.

Mademoiselle ? C’est ainsi qu’elle se présente ou en tout cas, c’est ainsi que tout le monde l’appelle. Bizarre, mais après tout, pourquoi pas. Mademoiselle, puisque c’est ainsi que je me dois semble-t-il de la nommer, me fait un rapide topo de la situation. Volonté de rétablir l’ordre. Zonards. Différents courants de pensées. Alors que je l’écoute, je regarde parfois devant nous. Tout n’est que chaos. Si on ne savait pas la vérité, on croirait qu’une tempête est passé par là. Sauf que dans le cas présent, la tempête est celle de la peur d’enfant cherchant à survire.

A moi de voir ce que je compte faire pour l’avenir ? Je tâche déjà de digérer tout ce qu’elle vient de me dire. « Rétablir l’ordre ne serait pas du luxe. » L’ordre, voilà une notion qui m’a marqué dans les propos de Mademoiselle. En tant que fille de flic, je ne peux y être que sensible. « Si c’est encore possible. » Je soupire.

En réalité, je ne sais pas quoi ajouter. Je ne sais pas si je vois plus clair ou si je suis plus embrouillé. « Merci de tes conseils. Et s’il y a besoin, je peux aider. » Je pense que… je veux être utile. Je ne supporte plus de rester à rien faire et me morfondre à longueur de journée.


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Yumiko Takahashi
» Yumiko Kusanagi
» Chambre d'Iris, Kiara, Médusa et Yumiko.
» Un terrain flamboyant [PV Yumiko]
» Le carnet de Yumiko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Partage & détente
 :: Les archives :: RP abandonnés
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit