:: 
Partage & détente
 :: Les archives :: Membre effacé Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I'm back baby ~ ♥

Invité
Invité
avatar
avatar
Jeu 8 Sep - 20:38
Invité

Lucius J. Green

Avatar : Flippy de Happy Tree Friends
Prénom : Lucius Jordan
Nom : Green
Surnom : Aucun surnom.
Age : 18 ans
Sexe : Masculin
Groupe : Solitaires

Traits de caractère

Détendu – Humble — Infatigable — Indulgent — Intrépide.
Ce sont mes cinq qualités importantes que vous devez retenir. Comme n'importe quel être humain — si je puis encore considérer ces êtres comme étant humains — je possède bien des qualités et des défauts. D'après untel je pourrais être agaçant et d'après son ami je serais plutôt sympathique. Mais, à mon avis, ce sont bel et bien ceux-là qui me correspondent le mieux !

Entêté – Jaloux – Joueur – Ironique – Sarcastique.
Et hop! cinq défauts. J'ai fais un calcul ; cinq plus cinq est égal à dix. Donc en tout je voulais vous donner dix traits de caractères que je possède. Quoi de mieux que faire cinq/cinq ? Sachez que je peux très bien ne pas être sarcastique envers quelqu'un tout comme être humble. Mais ça ne change rien ; ce sont ces dix-là que je souhaitais vous faire connaître.

On commence par ce que j'aime : c'est-à-dire quasiment rien. J'adore le chocolat, mais abandonne tu pourras jamais m'amadouer avec ça, et les filles, mais là encore c'est toujours pas possible de m'amadouer. Excepté ça j'aime particulièrement les animaux – surtout les chats, mais chut c'est un secret ! – et l'aventure. Ça ne m'effraie pas, j'ai toujours kiffé ça.

Ce que je hais, ce que je déteste. Toi. Non, c'était une blague. Humour de merde, vous pensez que j'aurais du le rajouter dans les défauts ? En fait je ne déteste pas grand-chose non plus. Il m'arrive d'être tellement à l'ouest que j'en viens à zapper le monde entier et à me contenter de ce que j'ai déjà. Ah si ! J'aime pas les « intellos » et les épinards. Je les mets sur la même échelle. Emmerder un intello, c'est une passion pour moi, mais dès que le mec/la nana s'approche de trop près avec ses remarques intelligentes je commence à le haïr.

Histoire

An 2019

« Ouah ! Mais c'est que t'as perdu au moins dix kilos ma poule !
Euh... Mais c'est que je...
Attends j'vais chercher google traduction ! »

Qui ne s'est jamais amusé à s'en prendre à une innocente ? Au moins une fois dans sa vie. Elle, c'est June. Une petite demoiselle très adorable qui en a dans le crâne ! Elle est du genre « intello » et pas très sociable parce que tous le monde la considère comme une personne barbante et peu intéressante. Pourtant quand on apprend à la connaître, on se rend rapidement compte qu'elle est amusante et mignonne à la fois. J'avais seize ans, à cet instant. Elle, seulement quinze. Elle n'a qu'un an de différence avec moi.

Elle a sauté une classe. Intelligente jusqu'au bout cette fille ! Elle n'a pas d'amis, juste un pauvre con qui lui adresse la parole et qui fait preuve de délicatesse envers elle comme vous avez pu le voir dans notre conversation brève. Je ne sais pas si elle me déteste ou si elle m'apprécie. Elle arrive à rire avec moi, on se dispute des fois et on se réconcilie parce que j'ai l'avantage de ne pas être rancunier et de pardonner tous le monde. Attention ! Je pardonne, mais je n'oublie jamais. Fais-moi une crasse et dans quelques années je serais encore capable de te la ressortir, cette anecdote pourrie.

Un jour on se promenait dans la rue comme deux personnes civilisaient. On s'adressait régulièrement la parole. On habitait à côté, nos maisons étaient en face l'une de l'autre et on faisait le trajet ensemble. Elle était nouvelle, ici. Moi non. Alors je l'aidais à se repérer mais comme son sens de l'orientation était déplorable, je continuais de faire le chemin en sa présence. Elle avait quelque chose de réconfortant. Elle savait trouver les justes mots pour dire aux autres qu'ils sont importants pour quelqu'un, qu'ils manqueront à une personne en particulier et qu'ils en feront souffrir plus d'un en se pendant. Elle était magnifique. Mais seulement psychologiquement parlant. Elle se trouvait laide, très laide. Elle avait quelques kilos en trop, une confiance en elle inexistante, un sens de la mode horrible et des larmes qui lui montaient facilement. Pourtant, malgré ses kilos de trop, elle avait un très joli visage. Des yeux noisettes, un petit nez, des lèvres pulpeuses souvent gercées à cause du froid, des cheveux bruns qui descendaient jusqu'à ses épaules et une frange mal coupée qui lui servait à se cacher des regards indiscrets et moqueurs. Je l'ai toujours admiré pour son courage. Elle voulait vivre malgré les moqueries et les crasses.

Elle a commencé à fondre en larmes. Je me suis arrêté pour la regarder. Mon sourire sarcastique avait repris sa place sur mes lèvres. Je m'étais approché d'elle normalement pendant qu'à l'aide de ses mains elle cachait son visage rond. Je l'entendais chialer et ça me faisait marrer intérieurement. J'ai donc engagé tout naturellement la conversation.

« Tu pleures parce que t'es une bimbo ma poule ? Y'a tant de mecs qui te courent après que t'en peux déjà plus ? Décidément ! C'est vachement intéressant, raconte-moi tout tes problèmes, de A à Z.
Ça t'arrive d'être aimable ? Je souffre. Tous les jours je subis des moqueries sur mon poids, sur mon comportement, sur moi. Et toi, tu es là, tu es observateur et spectateur et tu te moques aussi. Pourquoi tu ne prends pas ma défense ? Je te pensais intrépide ! Tu m'as avoué ne pas craindre le danger et affronter n'importe quoi, n'importe qui sans même être effrayé et mort de trouille !
Bah... tu sais... c'est...
Tu veux mettre google traduction ? »

C'était la première fois qu'on avait une conversation de ce genre, ou du moins des phrases comme celles-là où elle était dominante et moi dominé. J'avais compris à cet instant que la demoiselle forte que je connaissais n'était qu'une façade. Elle se faisait passer pour une personne qu'elle n'était pas. En réalité ; elle est fragile, sensible et facilement suicidaire, j'en suis certain. Alors j'ai pas cherché à comprendre, je l'ai pris dans mes bras et elle a continué à pleurnicher. Ça a duré une heure. Sous la pluie. Elle était incapable de s'arrêter. Il fallait qu'elle explose, un jour ou l'autre. Je l'ai raccompagné jusqu'à chez elle, elle m'a assuré qu'elle ne ferait aucune connerie du genre se tailler les veines et les cacher derrière de longues manches. Je suis rentré chez moi et j'ai finalement passé la nuit à me promettre que je l'aiderai. Elle le mérite, de toute façon.

En arrivant le lendemain au bahut, je me suis dirigé vers celui qui l'emmerdait plus que les autres. Appelons-le « l'admirable populaire ». Si vous saviez à quel point je m'entendais à merveille avec lui ! Nous sommes comme les deux doigts de la main ; inséparable. Intérieurement je prie pour que vous compreniez que ce n'est qu'une ironie digne de moi. Si vous n'avez pas compris, faites semblant et je ne vous dirais rien.

« Et mais t'es pas Lucie, toi ? Ou un truc dans ce genre, tu vois.
Nan mademoiselle, c'est Lucius mais pour toi, ce sera simplement ton pire cauchemar. Bon alors, comment va le gros cochon de la ferme ?
C'est de moi que tu parles ? Tu oses me traiter de femme et de cochon ? Saches que ce sera moi, ton pire cauchemar ! Et non l'inverse.
Plus puéril, tu meurs. Sérieux mec t'as passé l'âge d'emmerder ton monde, hein ? J'te signale que t'as dix-huit piges, pas douze. »

On a fini par se battre, par en arriver aux mains. Un mec de dix-huit ans qui a redoublé ne me fait absolument pas peur. Il m'a foutu une raclée. Ah mais non, c'est l'inverse. Oups. C'est moi qui l'ai dégommé. Enfin, je n'ai pas eu le temps parce que June s'est interposée entre nous deux. Elle ne voulait pas de ça. On a parlé ensemble après et elle m'a raconté qu'elle n'aimait pas la violence et qu'elle ne pensait pas que je réagirais réellement. Ça l'avait fait rire, d'ailleurs. Parce qu'elle avait trouvé ma bagarre très originale. Elle a commencé à me demander pourquoi j'étais comme ça et je me suis contentais d'une phrase simple.

« Je ne suis pas comme ça, je suis moi.
Dans ce cas, j'aimerais être toi. Uniquement toi. Parce que tu es cool avec moi et que tu es celui que j'admire le plus. Tu réagis quand on te le demande et c'est sympa de ta part même si je sais que tu avais conscience de ma souffrance. Je l'ai su dès la première fois que tu m'as adressé la parole en me demandant si j'allais bien alors que je pleurais comme une madeleine. Je sais qu'un simple mot ne changera rien à notre relation, mais je voulais te dire : merci. Merci pour tout ce que tu as fais pour moi. »

Je me suis rendu à l'évidence. Cette nana était bénéfique pour moi, elle m'apportait de son calme et de sa bonne humeur. Cela faisait longtemps que je n'avais pas franchi un obstacle pour quelqu'un. Nous avons fini par traîner à trois. Pourquoi trois ? Parce qu'il y avait mon meilleur ami, Bryce, elle et moi. Nous étions toujours inséparables. Amis jusqu'à ce que la mort nous sépare, avait un jour dit Bryce. Et un beau jour, cette mort est arrivée...


An 2020

On appela cela l'épidémie. Cette chose qui tua les adultes un par un. Pire que la peste noire, ça existe. C'est une sorte de grippe qui est probablement contagieuse et qui s'en prend qu'aux personnes d'un certain âge. J'ai dix-sept ans, maintenant. Bryce également et June seize. Nous avions des rêves ; et ces rêves ont été brisés. June s'est renfermée sur elle-même peu de temps après la mort de sa génitrice, décédée suite à cette maladie étrange. Bryce s'est occupé d'elle et m'a prié de me bouger au lieu de la laisser périr seule. Je n'ai rien fait, je les ai regardé parler. L'un murmurant des mots réconfortants et l'autre pleurant à chaude larmes.

Pourquoi devrais-je réagir suite à cela ? J'ai perdu ma mère, mon père et mes deux grands-frères ! Et c'est moi qui devrait réconforter quelqu'un ? Son père était mort avant son arrivée ici d'un accident de voiture, elle était seule avec sa mère. Elle n'a connu qu'une personne, qu'une seule personne ! Ouais, son géniteur est mort à ses trois ans. La grande famille de Bryce est tombée d'un coup, elle a été massacrée en moins de temps qu'il en faut pour faire un gâteau au chocolat. Et on devrait la réconforter parce que mademoiselle a perdu sa mère ? Non, je n'acceptais pas cela, je ne voulais pas qu'on s’apitoie sur son sort. Je n'en avais pas envie et je n'en voyais pas non plus la raison. Alors que des millions de gosses perdent leur famille, on devrait lui dire que sa maman d'amour est au ciel désormais ? Non. Faut qu'elle voit les choses en face : on crève tous. Après les vieux, ce sera nous, les jeunes. Bryce et moi allons probablement mourir avant elle.

En pleine nuit je les ai entendu parler. Mon meilleur ami continuait de la réconforter. Il lui racontait des anecdotes de sa propre vie. Il se faisait souffrir à cause d'elle. Mais j'avais fini par admettre qu'elle a toujours été fragile et que c'est dur pour elle. Sa mère était l'une des personnes qui la soutenait le plus dans les moqueries et qui l'encourageait à vivre. Je ne peux pas lui en vouloir pour ça, c'est impossible. Alors je les ai écouté toute la nuit. Je n'ai pas fermé les yeux une seule fois. Et je les regardais discrètement. Ce qui devait arriver arriva à mon grand dam. Au début c'était timide, comme les premières fois, puis c'est devenu plus... plus vous comprenez ! Je ne supportais pas de les voir s'embrasser. Et je ne voulais pas avoir conscience des sentiments de Bryce envers June, je n'avais pas non plus envie d'admettre que c'était réciproque. J'étais jaloux d'eux. De lui. D'elle.

Le lendemain, ils ont fait semblant que la veille il ne s'était absolument rien passé. J'ai attendu une semaine avant d'entrer dans la cuisine — car nous avions établi domicile chez Bryce, c'était la plus grande maison et aussi celle qui possédait le plus de chose — et de les surprendre. Je me suis raclé la gorge et ils se sont retournés avec étonnement vers moi. J'ai essayé de reprendre un air moqueur, mais ce fut difficile.

« J'vous en prie, poursuivez ! Je suis seulement de passage, hein. Pas d'inquiétude, je vais pas remettre les pieds ici avant un long moment. »

Ils continuaient de me regarder. J'en ai eus marre alors je suis partis. J'ai quitté cette baraque et je me suis éloigné le plus loin possible d'ici. Je ne suis pas revenu. Jamais je n'avais osé remettre les pieds là-bas. J'avais dit la vérité ; je ne reviendrai pas ici avant un long moment. Alors au bout d'un mois je suis entré à l'intérieur et je les ai vu. Ils étaient ensembles et ils riaient. Il y avait de nouvelles têtes que je ne connaissais pas. J'étais perdu et je me sentais trahis, rejeté et abandonné. La seule question que Bryce m'a sortie, c'était :

« T'es de retour ? »

Il m'a demandé ça comme si ça ne faisait que quelques jours que je m'étais absenté. Je l'ai mal pris. Je n'ai pas supporté ça. Je vous avais dit que cette mort était arrivée, justement la voilà. Je ne me contrôlais plus, j'étais fou de rage. J'ai attrapé la batte de baseball du père de mon meilleur ami qui était délicatement posé sur le grand meuble et j'ai frappé. Des cris ont retenti dans la pièce, mais j'ai continué. J'ai défoncé le crâne des nouveaux et je me suis retrouvé en face de Bryce et de June. Ils semblaient effrayés.

« Ouais j'suis de retour, et crois-moi ça va pas te plaire. »

J'ai fais une chose horrible ce soir-là. J'ai fini par enterrer les corps de mes deux amis... je m'en voulais atrocement. J'étais seul. Je n'étais pas fait pour être entouré. J'ai été jaloux de leur relation parce que la fille que j'aimais est morte, à cause de l'épidémie et que je n'ai pas pu profiter d'elle plus longtemps. C'était la seule personne que j'affectionnai de cette façon. Il a fallu qu'elle soit âgée de vingt ans et qu'elle parte un triste jour. Exactement comme eux deux.


An 2021

Je suis encore vivant. Je survis depuis leur mort. Bryce et June me manquent. C'est de ma faute, uniquement de ma faute. Je les ai froidement tué sans même leur laisser une seconde chance. Je culpabilise toujours autant, mais je ne pleure plus. Disons que je n'ai pleuré que deux fois. Une fois à cause de la mort de celle que j'aimais et la deuxième fois parce que j'ai fais ça et que je les ai bêtement perdu.

S'il y a une chose que je dois retenir, c'est que je ne suis pas fait pour être ami avec le monde. Ils sont morts jeunes. Et moi, à dix-huit, je tente de me laver les mains, ces mains tâchées de leur sang. Je n'oublierai jamais leurs visages effrayés par ma façon d'agir. Et une chose est sûre : je ne suis pas près d'effacer cette batte de baseball de ma tête.

J'erre de maisons en maisons et des fois je reste dans la rue. Je me nourris tant bien que mal, je survis à cette épidémie et à la folie.

Behind the screen

Je suis une demoiselle — c'est promis ! — qui n'a plus beaucoup de temps devant elle. Quand je parle de temps ; je parle du temps libre qui lui est accordée à cause de ses heures de cours barbantes et longues. Je suis en seconde pour le moment — et général s'il vous plaît ! — et je suis passionnée de chocolat, de chocolat, de chocolat, de chocolat et de chocolat ! Non, pas que ça. J'adore aussi le chocolat chaud, le chocolat, le gâteau au chocolat et les biscuits au chocolat. Pour mes heures de connexion — c'est primordial à mon sens — je serais présente le soir si je peux, le matin tôt si j'en ai l'occasion, le mercredi après-midi, le weekend et pendant les vacances. Voilà.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : Laisse-moi crever dans cet enfer une bonne fois pour toute.
Liens : Retrouve mon l'histoire, mes connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Oseras-tu ? (8
Groupe : Solitaires
Messages : 102
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Sep - 20:49
CHOCOLAAAAAAAAAT 8D Je confirme, c'est passionnant et très très important huhu Bienvenue o/
Revenir en haut Aller en bas
Jane Lumbard
“My wørst enemy is my memøry.” ∞
avatar
avatar

Citation : "La lune est froide mais vient réchauffer mon âme la nuit."
Liens : Retrouve l'histoire de mon personnage, ses connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Défie moi !
Groupe : Forestiers
Messages : 107
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Sep - 20:59
Holà xD Bienvenuuuue o/ hésite pas à poser des questions si tu as besoin :3



Merci Hugo ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Ven 9 Sep - 17:59
Invité
Sympa l'avat ! ^^

Bienvenue par ici ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Sam 10 Sep - 15:58
Invité
Merci vous trois et vive le chocolat c: !
Du coup je précise que ma fiche de présentation est terminée désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Compte fondateur
avatar
avatar

Citation : citation
Messages : 532
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Sep - 17:49

Bienvenue parmi nous !

Bienvenue parmi nous petit Lucius. Wahou, cette histoire, elle m'a foutu des frissons. Vraiment j'adore ton personnage et ta façon d'écrire enfin tout. Je suis sous le charme et j'admire vraiment ton Lucius.
Des touches d'humour et de cruauté, c'est beau vraiment.

Tu peux te lancer dans l'aventure

Ta fiche est validée, tu obtiens donc 10 points, comme tu as fait un solitaire tu obtiens un bonus de 20 points supplémentaires. Tu démarres donc l'aventure avec 30 points !
Tu peux donc  créer ta fiche de liens ainsi que ton espace personnel. N'oublie pas d'ouvrir ton topic de défi et de recenser ton avatar dans le registre. Tu peux aussi participer au premier event et même jeter un oeil au concours du mois.

N'oublie pas de faire un tour dans le quartier général de ta faction.
Et surtout, bonne chance dans cette aventure.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» [Flash-back] Baby-sitting chez les Mills [Henry Mills]
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Partage & détente
 :: Les archives :: Membre effacé
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Futuristes