:: 
Doreodan
 :: La forêt :: Le lac Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quand une adolescente de quinze ans s'improvise aventurière [RP FINI]

avatar
avatar
J'ai jamais peur moi, c'est un mythe.
Citation : "We all are in the same game; just at different levels. Dealing with the same hell; just differents devils."
Liens : Retrouve l'histoire de mon personnage, ses connaissances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Défie moi !
Groupe : Zonards
Messages : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Jan - 14:04

Hors RP:
 

Loreleï fulminait depuis une bonne heure déjà. Les semelles de ses Docs usées ne tenaient plus le coup et sa coiffure, deux extravagantes couettes hautes blondes, n'était plus que le vestige de quelque chose d'ordonné. D'ailleurs, Loreleï avait hésité à plusieurs reprises à couper ses épaisses boucles mais s'était ravisée à chaque fois. C'était tout bête, mais ça construisait un visage, une chevelure. Coiffée ainsi, il émanait d'elle un quelque chose de sauvage. L'éparpillement de ses mèches, plus ou moins dressées en hauteur, enroulait son visage encore poupin, créant un mélange inattendu entre une aura enfantine et un air bestial.

Quand elle déboucha sur le lac, exténuée, elle s'octroya une petite pause. Retirant ses chaussures, perdant ainsi trois centimètres de hauteur et faisant de nouveau la médiocre taille d'un mètre cinquante, elle trempa ses pieds rougis dans l'eau. Elle ne faisait que ça, marcher. Depuis sa fugue, depuis qu'elle avait décidé de tourner la page, de recommencer une vie, une vie sur laquelle elle aurait le contrôle, elle n'avait fait que chercher. Quoi? Elle n'en savait trop rien. Une ville, sûrement. Pas trop grande, mais pas trop petite non plus. Un endroit qu'elle pourrait s'approprier, en faire son territoire. Un endroit qui deviendrait son endroit. Son royaume. Sous son contrôle à elle. Plus jamais de mauvaises surprises.

Elle poussa un soupir, rêveuse. Depuis combien de temps errait-elle? Combien de gens avait-elle tué pour obtenir des victuailles, ou bien des armes? Pour survivre dans sa solitude. Elle se souvint alors du premier gars qu'elle avait buté; c'était un vieillard, et il lui avait de la peine avec ses yeux vitreux de malade. Il avait accepté la mort, et c'était pour cela que Loreleï avait osé l'étranglé. Sa chair rugueuse sous ses doigts, son dernier souffle putride qu'il lui avait craché à la gueule, ses os maigres qui claquèrent contre le sol de sa maison lorsqu'il perdit la vie... Loreleï s'en souviendrait à jamais. L'écho de sa mort la hantait parfois lors de ses insomnies.

Elle en était donc là aujourd'hui, à se reposer et à ruminer, les pieds dans l'eau d'un lac bordé par les rayons déclinant du soleil, dans cet endroit paisible et tranquille quand un bruit attira son attention. Il y avait quelqu'un derrière elle. Quelqu'un qui avançait dans son dos.

La jeune adolescente réfléchit brièvement, tentant de conserver un certain calme. Voyons voir, elle avait un revolver accroché avec les moyens du bord à sa ceinture côté droit, et une mitraillette sur la gauche. Dans son dos; une arbalète et dans sa main sa hache dont elle ne se débarrassait jamais. Parce que les balles étaient précieuses, elle utilisait rarement les armes à feu et parce qu'elle ne savait pas vraiment tirer avec les flèches - elle s'entraînait en chassant les animaux, elle usait souvent de sa vieille hache rouillée. Hache qu'elle avait dérobé au vieillard.

Sauf que la personne dans son dos était loin derrière elle, elle ne pouvait pas se contenter de se ruer vers elle comme une barbare et l'avoir d'un vif coup de hache. Surtout si on imaginait que l'autre possédait un flingue.

- Excusez-moi, je suis-

Parce que l'autre s'était rapproché afin de lui parler, Loreleï n'hésita pas. Elle se retourna brutalement et plaqua sa main contre le cou de l'inconnu. Profitant de l'effet de surprise, elle le plaqua au sol et le maîtrisa aisément, la menace de la lame de sa hache près du visage de l'adversaire le pétrifiant. C'était un simple adolescent, visiblement non armé et plutôt chochotte sur les bords. Loreleï se détendit légèrement sans relâcher sa garde.

- Ne me tuez pas, par pitié, gémit-il d'une voix plaintive.

Elle l'inspecta rapidement. Une lanière de sac tombait sur son épaule. Il pouvait lui être utile. Le sac, pas le gamin bien sûr. Peut-être juste lui faire saigner une ou deux informations, et puis après elle s'en débarrasserait.

- Est-ce que tu sais si il y a une ville dans les parages?
articula-t-elle froidement.

L'autre déglutit. Des larmes brillaient dans ses yeux de presque adolescent, d'ancien enfant.

- Il y a bien Doreodan, mais c'est pas un coin sympa de ce que j'ai entendu dire tu sais... S'il te plaît, ne me fait pas de mal, ma sœur m'attend je...

Doreodan? Mais oui bien sûr! Elle avait décidé de s'approprier une ville que très récemment, et ses plans étaient encore bancals. Doreodan? Oui ce serait un très bon point de départ! Si on ne comptait pas sur son piteux sens de l'orientation...

- Où est-ce que c'est ?

- S'il vous plaît... Lâchez-moi...

Elle augmenta la pression sur son cou et l'inconnu manifesta son étouffement par une grimace de douleur.

- C'est à un jour du lac, il faut aller vers le Nord. Il y a une Marina, et une plage, vous pouvez pas lou-

Il ne finira jamais sa phrase.

Lore, de son diminutif, essuya le sang qui avait éclaboussé son visage, poussa le corps du préadolescent afin de saisir son sac. Elle fut déçue en découvrant seulement une bouteille d'eau et un paquet de biscuits. Même pas des munitions.

Elle se rinça les mains dans le lac, le teintant d'une jolie couleur pourpre avant de ranger la nourriture dans son propre sac à dos. Elle toucha du bout des doigts sa peluche mi-panda, mi-ours qu'elle avait confectionné dans sa jeunesse avec son frère, coincée entre un sachet de balles et le paquet de biscuits avant de refermer d'un coup sec sa fermeture éclair.

Doreodan? Parfait.

Les deux lanières de son piteux sac à dos sur ses épaules, la hache dans une main abîmée, elle se mit en route pour Doreodan.
.


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Faites vivre vos poésies !!!!!!!!!
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Doreodan
 :: La forêt :: Le lac
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit