:: 
Doreodan
 :: La forêt :: Le lac Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Donc, toi tu es... ? [ft. Ryan]

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
avatar

Citation : "Lonery que des conneries" by Ryan McKinsley
Liens : Retrouve l'histoire de mon personnage, ses connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Défie moi !
Groupe : Solitaires
Messages : 133
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 11 Aoû - 17:46
Elle poussa sur ses jambes, tentant tant bien que mal de le soulever. Il n'était pas si lourd que ça, en plus il usait également de ses muscles pour lui faciliter la tâche. Mais c'était tout de même difficile. Elle n'avait pas l'habitude de porter des personnes, plus grandes qu'elle qui plus est.
Sous le surplus de force que l'on exerçait ensemble, on commençait à tomber en arrière. Mais c'était sans compter qu'il se rattrapa habilement en s'agrippant presque à l'écorce de l'arbre juste derrière eux. Elle vascilla encore un peu avant de se reprendre et de le hisser encore plus haut. Jusqu'à ce qu'enfin, il puisse se tenir sur ses jambes. Enfin ! On avait réussi !

Je le lâchais enfin, un peu sonnée et épuisée par cet effort physique. Il n'y a pas à dire, je préfère largement courir. Mais malgré tout, je souriais. Heureuse qu'il puisse enfin se tenir debout. Ça allait être plus simple maintenant de l'allonger, parce sinon, Marina l'aurait traîné jusqu'à son abris.

« Merci Marina, je ne sais pas quoi faire pour te remercier… j’ai tout perdu. Je n’ai plus de chez moi, ni d’objets de chasse.. je ne peux vraiment rien t’offrir... »

Marina le fixa quelques secondes, reprenant encore un peu son souffle, puis secoua la tête. Elle voulait maintenant lui poser des tas questions : Pourquoi était-il là ? Que faisait-il dans cet état ? Comment avait-il fait pour atteindre cet endroit ? Est-il accompagné ? Était-il perdu, tout simplement ? Est-ce qu'il est hostile ? Mais elle se retint, et lui offrit un sourire qu'elle voulait rassurant et compréhensif. Elle voulut se méfier de lui, comme lui avait conseillé son père juste avant de trépasser, mais son instinct la poussa à lui faire confiance malgré elle. Elle vit tout simplement le désespoir dans son expression faciale, ce qui lui indiqua qu'il disait la vérité. Il pouvait, évidemment, jouer la comédie, mais encore une fois, son instinct lui chuchota que non, il était honnête. Il avait vraiment l'air reconnaissant. Et c'était assez agréable de se sentir utile.
Elle agrippa le bras de Ryan, et lui confia ces quelques paroles :

"Il n'y a aucun soucis. Je t'aide à marcher jusqu'à mon abris ?"



"Ne me remets pas en question : Tu sais que j'ai raison."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Citation : "La mer reprendra ce que la terre lui a volé. La nature reprendra ce que l'homme lui a détruit"
Liens : J'ai des liens avec mes amis, ma famille, tu les veux ?
Par contre je ne sais pas comment te les donner...
Groupe : Forestiers
Messages : 91
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 12 Aoû - 20:18
Elle m’agrippa le bras avec douceur et délicatesse et me dit ces quelques mots :

"Il n'y a aucun soucis. Je t'aide à marcher jusqu'à mon abris ?"


« Je veux bien si cela ne te dérange pas »


J’étais encore faible, j’avais encore besoin d’un peu de repos. Donc son aide ne pouvait que m’être utile ! Nous commençons à marcher à travers branches, feuilles, herbes hautes. Je pense qu’elle devait se poser plein de questions à propos de moi. Pourquoi étais-je ici, au bord du lac, en agonie et dans une confusion des plus totales ? Se méfiait-elle de moi ? Je devais à tout prix lui faire comprendre que je ne suis pas hostile et qu’elle peut me faire confiance. Je regardais droit devant moi et puis je pensais à pleins de choses… A ce qu’il s’est passé avant sa rencontre, cette mystérieuse Emiko et, tout à coup, une branche heurta mon pied. Je trébuchais mais Marina me rattrapa en me serrant fort le bras.

« Ne t’inquiètes pas, je vais bien. On peut continuer. J’étais juste un peu pensif, désolé »

Je ne voulais pas lui raconter toute ma vie non plus, après tout, ça ne l’intéresse peut être pas et puis... je ne la connais pas ! Mais il fallait que je me confie, j’en avais besoin, c’était même nécessaire… Entre Raphaëlle, Emiko, ma vie d’avant, on en avait pour toute une nuit ahah ! Mais revenons à notre réalité. Je retournai ma tête pour observer un peu mieux Marina. Je distinguais maintenant de légères taches de rousseurs sur la zone T de son visage. Et en la regardant un peu mieux, je la trouvais de plus en plus belle. Non mais Ryan ! Reprends toi un peu ! Tu as presque la majorité et elle doit avoir que onze ou douze ans ! Ton rôle ici et plus tard n’est pas de coucher avec bordel ! Tu dois la protéger, assurer sa sécurité, la nourrir, la réconforter quand elle ne va pas bien, telle une petite sœur ! Et c’est vrai que juste a sa petite tête d’ange, elle m’a déjà ensorcelé…

Nous continuons toujours notre périple vers son abri de fortune et la pensée que j’ai eu tout à l’heure me turlupinait la tête encore. Je peux être tees précieux pour cette petite fille… Mais pour qu’elle ai confiance en moi, il faut que je donne quelques explications. Et moi, doué au social avec les gens, je n’ai pas pu m’empêcher de sortir ce type de phrase la…

« Tu dois avoir sûrement plein de questions à me poser ? »

Mais bien sur bougre idiot qu’elle a plein de questions à te poser ! Tu étais quand même en état d’inconscience par terre sur le bord du lac banane ! Maintenant, attendons sa réponse, elle ne veut peut être rien savoir sur moi, qui sait ?


"La mer reprendra ce que la terre lui a volé comme la nature détruira tout ce que l'homme a construit" Ne t'inquiètes pas petit, le monde te tuera.

Ryan McKinsley
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Citation : "Lonery que des conneries" by Ryan McKinsley
Liens : Retrouve l'histoire de mon personnage, ses connaisances, tu peux aussi me défier à cet endroit : Défie moi !
Groupe : Solitaires
Messages : 133
Succès :
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Aoû - 14:08
« Je veux bien si cela ne te dérange pas »

Je secouais la tête, signe que j'étais d'accord pour qu'il vienne jusqu'à mon abris se reposer. Les méfiances, je m'efforçais de les mettre de côté, le temps qu'il se remette sur pied. J'avais beaucoup de mal à ne pas appréhender la suite. Mon esprit de contradiction frappa de nouveau : je voulais qu'il soit à l'abris de tout danger et qu'il se repose, mais je ne pouvais pas m'empêcher de penser qu'il pourrait être une menace, ou alors qu'une fois reposé il s'en irait sans un merci, emportant avec lui le reste de nourriture et d'eau que je conservais jusqu'ici. Je balayais ces pensées d'une traite, n'ayant aucune envie de combattre avec moi-même. Ou alors, pas maintenant.
C'est alors que je me rendais compte que l'on marchait depuis un petit moment, mon inconscient me faisant avancer naturellement jusque "chez moi". En fait, j'avais serré tellement fort son bras pour qu'il ne finisse pas la tête la première sur le sol que mon muscle avait souffert. Je me mordillais la lèvre inférieure, m'empêchant d'exprimer la douleur. Il m'expliqua qu'il était pensif, et j'hochais doucement la tête. Moi aussi, j'étais pensive. J'étais incapable de me faire une idée sur ce garçon, et ça m'enrageait. Mais depuis que j'ai décidé de lui faire confiance, je ne pouvais pas faire autrement. Et puis, il faut toujours faire confiance à son instinct lors de la première impression. Et si j'avais décidé de l'aider, je ne pouvais pas le laisser là, se débrouiller seul jusqu'à mon éventuel retour. Je m'étais donc faite à l'idée de l'aider jusqu'au bout. Quitte à ce qu'il parte sans un mot.

Je sentais qu'il me regardait. J'étais un peu gênée à cette idée, mais je faisais semblant de ne pas y prêter attention. Même si mes joues commençaient à brûler ma peau, je continuais de regarder le loin, apercevant enfin les quelques bouts de bois servant de toit à mon abris.

« Tu dois avoir sûrement plein de questions à me poser ? »

Je tournais vivement la tête vers lui, l'air surprise. C'était clair qu'il n'avait pas posé cette question avec tact, ce garçon. Elle avait surtout l'impression qu'il avait lu dans ses pensées. Mais peut-être que sa méfiance était lisible sur son visage ? Qui sait ? Elle ne se voyait pas, contrairement à Ryan qui pouvait observer son visage sous tous les angles. Quoique, cette idée ne lui déplaisait pas vraiment.
Marina se reprit, et dit du tac au tac :

" J'en ai des tas à vrai dire, mais ce n'est pas le moment. J'aimerai que tu sois sur pied avant de te harceler de questions. "

Parce qu'à cet instant, c'était sa santé qui importait le plus. La curiosité de Marina pouvait encore attendre, combien même elle bouillonnait intérieurement. Elle voulait vraiment savoir tout ça, mais la raison avait pris possession de son corps. Elle ne pouvait décemment pas l'obliger à répondre alors qu'il avait du mal à marcher jusque... Ah ? Ils y étaient déjà ?
Marina observa le bois fonctionnant comme une porte, et lâcha quelques instants Ryan pour le déplacer, la boite contenant le poisson et l'eau toujours sous son autre bras. Elle lui fit signe de s'abaisser pour éviter de se cogner la tête (mais aussi pour éviter de fragiliser l'abris) et entra en première, pour déposer la boite mais aussi pour s'assurer qu'il entrait bien comme il le fallait.

" Le matelas est juste derrière moi. Dès que tu entres, installes-toi dessus. "
HRP:
 



"Ne me remets pas en question : Tu sais que j'ai raison."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Bryan Ryan
» [Scénario] Il faut sauver le soldat Ryan
» Ryan Bradford ► Devenir meilleur ...
» Bobby Ryan
» Ryan White et Max Pacioretty

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Doreodan
 :: La forêt :: Le lac
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit