:: 
Partage & détente
 :: Les archives :: RP abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Are you ok ? ~ Ft Raven

Invité
Invité
avatar
avatar
Dim 1 Mai - 17:57
Invité
Are you ok ?

ft. Raven

642 mots

Elaine ouvre les yeux sur le visage de son frère. La brune regarde à sa gauche puis à sa droite et remarque, à son grand étonnement, qu’elle est chez elle. Dans la maison où elle a grandie. La maison dans laquelle son frère et elle jouait au pirate, à la maîtresse ou encore à Mamie trouve nous. Cette vieille bâtisse est remplie de souvenir et a le pouvoir d’apaiser Elaine. Mais le problème est qu’Elaine a quitté cette maison. Elle est partie pour vivre dans une cabane au plein milieu d’une forêt très long de cette ancienne vie.

Cependant, en voyant son frère un énorme sourire accroché aux lèvres en train de lui faire signe de la main pour qu’elle le rejoigne, Elaine met de côté cette maison, tout son douloureux souvenir. A la place, la brune fait un peu vers cet homme se tenant droit. Un deuxième pas puis un troisième. C’est quand elle entame enfin le quatrième pas qu’Elaine remarque un fin filet rouge couler le long du menton de son frère. Puis l’homme se tord de douleur avant de tomber lourdement au sol. Elaine cour le rejoindre, mais c’est trop tard. Son frère est mort.
Cauchemard. Elaine rouvre les yeux sur le plafond de bois de la cabane dans laquelle elle vit dorénavant. De la sueur coule le long de son front pour finir par s’évanouir sur son oreiller, son souffle est erratique. Tout la pousse à comprendre qu’elle vient de faire un cauchemar. Son frère n’est pas là en train de lui sourire. Il n’est pas revenu d’entre les morts pour la voir. Elle est seule dans une maison sans chaleur. Une larme quitte ses yeux pour rejoindre la goutte de sueur sur l’oreiller.

Depuis qu’elle a rejoint le groupe de la forêt c’est la première fois qu’Elaine fait se rêve. Elle se demande si elle ne doit pas y voir un signe. Une sorte d’alerte comme quoi une personne à laquelle elle tient va à son tour disparaître malgré la grande attention qu’elle porte à ses proches.
La demoiselle n’arrive pas à se convaincre que ce ne soit pas le cas. Elaine n’a jamais cru au rêve prémonitoire ou à la réincarnation, mais là son rêve avait l’air si réel qu’elle ne veut pas prendre le risque. Elle ne veut plus voir une personne en qui elle tient ou pas mourir.

La brune se lève donc rapidement de son lit et se prépare en enfilant un des jeans et tee-shirt qu’elle avait mis dans un sac avant de quitter son ancienne demeure. Elle se rafraîchit le visage puis part en direction d’une des cabanes de ses protégés.
Elle souhaite savoir si tout va bien pour elle. Hier elle n’est pas allée voir Raven et l’inquiétude commence à envahir son corps après l’horrible rêve qu’elle a fait.
C’est donc d’un pas rapide qu’elle se dirige vers la cabane où vit Raven. Connaissant bien la forêt elle ne met pas longtemps à y arriver.

Elaine s’arrête devant la cabane puis regarde à droite et à gauche, mais ne voit personne et surtout pas la demoiselle qu’elle est venue voir. La personne qui se rapproche le plus d’une sœur pour Elaine. L’angoisse monte. Est-ce que son rêve est vraiment prémonitoire ?

« Raven ! C’est Elaine. Tu es là ? J’ai quelque chose à te demander ? » C’est le seul moyen que la demoiselle à trouver pour être enfin sûr de ce qui est vrai ou non. Bon si la demoiselle descend, Elaine ne lui dira pas qu’elle se faisait du souci pour Raven, elle le sait ça l’énerve un peu parfois beaucoup. La plus âgée lui demandera simplement si elle veut faire quelque chose avec elle. Comme la cuisine ou autres choses. La brune espère qu’une seule et unique chose. Que le corbeau descende rapidement de son arbre.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Dim 1 Mai - 20:18
Invité

Are you ok ?
ft. the mother
41 lignes
#ffffff dialogue
pensées en bold
dialogue entre «»
i'm still here


 

Cadence effrénée.

 
Souffle opportun.

Run.

Le corbeau, Raven, détale à grande allure, fier, son plumage laisse quelques traces. Le mauve d'un bleuté exalté couvre une parcelle de plantes éparpillées comme des tombes éternelles. Le silence émane de ses cordes vocales presque éteintes. Un bruit sonore retentit. Un jappement d'alerte. Une fourrure en broussaille, caramel mélangeant le néant -Mocha, le chien de Raven- : l'ébène. Un rire cristallin et des myrtilles qui virevoltent.

L'espace temps semble rose bonbon, mais, bien trop tôt, les griffes des corneilles envahissent le corbeau déplumé. Un cadavre. Un oiseau mort. Noir. Pourtant, le fléau semble lui avoir voler ses teintes sombres. Rouge. Le liquide carmin remplit le cou de la victime. Frais. Sa mort n'est qu'un mystère d'un instant. Quelqu'un lui a volé une vie provenant de son espèce. Raven, douce de nature, laisse ses phalanges ramasser le petit volatile meurtri. Aucune larme. Aucun son. Le vide.

La solitude l'envahit. Raven étouffe un profond sentiment déchirant son thorax de l'intérieur. Misère. Soudain, une pression vient s'exercer sur ses genoux, encore assise : l'oiseau mort posé dans ses mains, Mocha la fixe avec une lueur de réconfort remplis d'amertume. Le 'rapace' semble malencontreusement en paix, flattée par une douceur que le diable ne lui avait pas offert, au moment de le déposer dans un petit trou creusé.

Les chemins diffèrent. Le grand corbeau reprend son envol vers la vie, alors que le petit oiseau, un certain étourneau sansonnet, se laisse glisser jusqu'aux maux du paradis. Un pincement au cœur ou même un serrement à l'organe moteur vient s'installer, mais l'inévitable est déjà arrivé. 

Le berger allemand, doux tel un agneau, transporte un panier de myrtilles entre sa mâchoire acérée. Intelligent, fort et coriace : tel est ce canidé qui pourtant ne possède aucun grains de malice tout comme sa propriétaire. Un pas rythmé, tous sont prêts à rentrer au  bercail. Le paysage se défile : les écorces protégeant ce vieux saule, les vagues déferlant dans chaque petite rivière, le doux tintement de ses bottes sautant sur chaque roche, pour traverser un étang couvert de cette verdure appelée nénuphar, bloquant son chemin et le panier chancelant dans la gueule du 'loup'.

La silhouette de l'étroite cabane se dessine, cette cabane où le corbeau se repose, personne ne sait où elle se trouve : sauf les forestiers. Les prunelles limpides de Raven scrutent chaque petit détail laissé à son encontre : un aspect humanoïde apparaît près de sa demeure. Ses poils se dressent, son pas enjoué redevient sombre, calculé et ralenti, mais ce gabarit devient familier : La mère. Le corbeau était prêt à parier que celle-ci s'était encore inquiétée de son cas.

D'un vol flegmatique -ou plutôt des pas- Raven procède d'une approche tactile : ses serres -sa main- viennent agripper l'épaule de la forestière en visite chez le corbeau.  « Bouh. » marmonne le corbeau avec un petit sourire se tordant sur ses lèvres pâlottes.
 
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Lun 2 Mai - 14:38
Invité
Are you ok ?

ft. Raven

481 mots

A la suite d’un cauchemar monstrueux rappelant à Elaine la triste mort de son frère, elle s’est mis en tête que son rêve était peut-être prémonitoire et que par conséquence une des personnes qu’elle apprécie serait touché. Elle première personne que la demoiselle a pensé est Raven pour la simple raison qu’elle est la personne qui se rapproche le plus à une sœur.  Voilà comment elle s’est retrouvée devant la cabane du corbeau. Cabane qui est à priori vide vu que personne ne lui a répondu.

L’angoisse forme une boule au fond de sa gorge. Inquiétude.
Elaine va partir demander aux autres forestiers s’ils ont vu la mauve quand une pression sur son épaule se fait sentir et qu’un « bouh » est soufflé dans son oreille.  Perdu dans ses pensées d’inquiète, Elaine n’avait pas entendu les pas de Raven sur la terre humide de la forêt. Elaine n’a pas besoin de tourner la tête pour savoir que c’est celle qu’elle est venue voir, la Mère connait très bien la sonorité de sa voix. Et faut dire que Raven est la seule à savoir être parfaitement discrète. La brune s’est souvent fait la réflexion que celle qu’on surnomme le corbeau ressemble beaucoup à un oiseau quand elle se déplace. La demoiselle donne l’impression de voleter au-dessus du sol.
De savoir tout ça n’empêche pas la fille des Disney de sursauter légèrement ainsi que de sentir son cœur battre rapidement dans sa cage thoracique.

Elaine se tourne vers sa protégée détaillant son visage pour voir des signes qu’il lui prouve qu’elle se sente pas bien. Mais la brune ne remarque rien. Le petit sourire qui tord ses lèvres desserre la boule dans sa gorge ce qui lui permet de mieux respirer et ainsi calmer les battements de l’organe dans sa poitrine.

« Raven, je suis contente de te voir »
Un petit sourire s’installe sur les lèvres de la brune. «  Comment vas-tu ? Tout va bien ? »

Elaine sait que ça va énerver la plus jeune quand elle va se rendre compte qu’elle s’inquiète encore une fois pour sa santé alors qu’elle lui avait dit qu’elle ferait attention. Mais on la surnomme pas la Mère pour le plaisir. C’est parce qu’elle ne peut pas s’empêcher de s’inquiéter pour les autres, les couver comme le fait une maman poule avec ses poussins.  C’est inscrit dans ses gênes et elle ne peut pas y aller contre.

« Tu m’as sûrement pas entendue tout à l’heure. Je suis venue pour savoir si tu voulais faire quelque chose avec moi. La cuisine ou autre chose. »


Elaine essaie de noyer le poisson un maximum pour pas que Raven la dispute tout de suite sur la véritable raison de sa présence. Est-ce que ça va marcher ? Est-ce que la plus jeune va faire semblant de ne pas comprendre la cause de sa venue ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
avatar
Jeu 5 Mai - 4:40
Invité

Are you ok ?
ft. the mother
41 lignes
#ffffff dialogue
pensées en bold
dialogue entre «»
i'm still here


 

Rictus serein.

 
Mimique familière.

Smile.


L'oiseau s'est perché. Anodin comme il est. Fier comme il se représente. Ses orbes démunis de lentilles rouges scrutent les traits étirés de cette présence admirée. Un défaut. Les plis disparus de ses paupières étirées, ses prunelles hantées par la mydriase et son souffle augmenté par l'angoisse : l'inquiétude règne chez La Mère. Un battement de trop dans la cage thoracique du corbeau et un petit sourire discret... il n'y a qu'elle pour se soucier autant de sa sécurité. L'échine de la plus jeune se stimule par de légers frissonnements en déduisant que la plus vieille, Elaine, commençait à reprendre ses esprits. Un malheur est venu tordre le cœur de la vieille.

Raven hoche la tête, à la question de sa fausse sœur, d'un silence pour camoufler la vraie réponse de ses véritables états d'âmes. Un mouvement de tête positif, cependant légèrement hésitant quoique convainquant.

Le rapace s'approche du canidé pour lui retirer le panier rempli de myrtilles comestibles. Des petits fruits bleuâtres croisant le violacé au goût sucré et prononcé à la cueillette. Les os de son squelette se mouvent d'une futilité étourdissante en se relevant d'une délicatesse accrue. La sveltesse sculpte ce corps athlétique et pourtant de type fugace.

La fourrure virevoltant contre le vent, la sous espèce domestique de Canis lupus vagabonde à l'horizon près du champ où l'équidé fouette les insectes du sous-ordre des brachycères ( la mouche ). La lumière hante le pelage de l'animal. Oui, ce flux d'énergie jaunâtre flamboyant les alentours de son éclairage réchauffant. Ce jaune doré lui rappelle étrangement de lourds souvenirs. Les flammes. Son cœur se tord comme une chaussette que l'on cherche à essorer.

L'espace temps ramène le corbeau au présent. Le retour en arrière renversant ne devient qu'un souvenir lointain pourvu de '' parasites '' bouleversants.

Une autre question s'ensuit jusqu'au pavillon de son oreille. « D'abord, on pourrait bien utiliser ces myrtilles pour en faire une tarte ? » l'écho de cette phrase parvient à sortir de ses cordes vocales en un ton confiant où la perturbation n'a supposément jamais eu sa place.

Le corbeau laisse sa proie tranquille, alors que les questions montent à son esprit déconcerté par ces circonstances inconnues. Les questionnements subjuguent le fond de ses songes démunis de réponses logiques : mis-à-part celle en lien avec l'inquiétude qu'occupait le visage de cette sœur de cœur. Elaine doit être corrompu par la peur du malheur : la peur de perdre un être cher.

Les pas silencieux de la plus jeune, Raven, se font un rapide passage entre deux buissons pour atteindre la porte dissimulée de la petite demeure en bois de grange. Un froid coup de vent vient faire envoler les mèches, d'une couleur s'apparentant à la myrtille, de la chevelure du Corbeau. Rien. Aucune parole ne vient meurtrir l'ambiance de sérénité que possède la petite maisonnette. Son seul bien qui lui reste : mis-à-part quelques artefacts de sa mère. «  Viens. » glisse en douceur le grand oiseau au ''plumage'' violacé à son invité favori.
 
 

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Une Garde Pure [ prio ; Oméni, Raven, Gylfie ]
» Raven : Nevermore
» Raven Sloth
» Oh my beautifull Hell |Raven Nightray|[Terminée]
» Un RP avec Raven ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Partage & détente
 :: Les archives :: RP abandonnés
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com